Article n° 4328 | Edition n° 92 | 2015

Ne laissons pas l’insomnie gâcher… le tiers de notre vie!

Selon des estimations récentes, nous dormons en moyenne une heure en moins qu’il y a 20 ans, alors que la fréquence des burnouts ne cesse de croître. Rien d’étonnant à cela: notre style de vie frénétique, avec cette course effrénée à la productivité, nous amène à sacrifier ce qui est, à nos yeux, une perte de temps. Et pourtant…

Nous passons environ le tiers de notre vie dans les bras de Morphée! Un sommeil qualitativement ou quantitativement suffisant est une condition sine qua non pour rester en bonne santé, alors que l’insomnie, à moyen ou long terme, est à l’origine des troubles les plus divers: fatigue chronique, difficultés de concentration, baisse de l’immunité, problèmes gastro-intestinaux, hypertension, dépressions, etc.

Agir sans tarder

Le traitement de l’insomnie fait appel, d’un côté, à la suppression de sa cause (stress, abus de nicotine et de caféine, sédentarité, trouble organique, tel que douleurs ou toux, nuisances sonores, etc.) et, de l’autre, à l’acquisition de bonnes mesures hygiéno-diététiques. En font partie la relaxation, la pratique de la pensée positive, une activité physique douce et régulière, ainsi que, bien sûr, une alimentation équilibrée.
La prise d’un hypnotique ne devrait être envisagée qu’en cas d’échec des mesures susmentionnées. Les somnifères en vente libre sont d’origine végétale (valériane, passiflore, mélisse, etc.) ou synthétique (antihistaminiques, comme p. ex. la diphénhydramine). Les premiers sont bien tolérés, mais destinés aux insomnies légères, les seconds, plus efficaces. La diphénhydramine, en particulier, présente plusieurs avantages: une action rapide entraînant l’endormissement 15 à 30 minutes après la prise, une élimination après 4 à 6 heures assurant un réveil aisé, et une bonne tolérance. Elle représente une solution valable dans l’insomnie transitoire ou occasionnelle. Une insomnie persistante (qui dure plus de 2 à 3 semaines) relève de la consultation médicale.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Y a-t-il autant de ménopauses que de femmes?

    Soyons clairs: la ménopause prive la femme de sa fertilité, mais pas de sa beauté ou de sa féminité. Il s’agit certes d’une période qui peut comporter des difficultés, mais qui est suivie, le plus souvent, par des décennies épanouies. On parle de ménopause une année après la disparition des règles, qui coïncide avec la cessation complète de l’activité ovarienne. Elle est précédée par la périménopause, caractérisée par la baisse de la production de la progestérone. La ménopause se produit en moyenne à 52 ans, une année et deux mois plus tôt pour les fumeuses. Nous ne sommes pas toutes égales face à la ménopause Les très redoutés troubles de la ménopause (et de la périménopause) sont notamment les bouffées de chaleur et la transpiration excessive; en font partie aussi la sécheresse vaginale, la tendance à la prise pondérale, l’humeur dépressive, la fatigue, l’insomnie et les douleurs articulaires. Une bonne nouvelle: 25 à 30% des femmes ne ressentent aucun désagrément; pour les moins chanceuses, les troubles se manifestent à des degrés très différents. Dans la majorité des cas, ceux-ci sont soulagés par des règles hygiéno-diététiques (alimentation riche en phyto-oestrogènes – voir tableau –, activité physique en plein air) et par des thérapies douces, telles que la phytothérapie et l’homéopathie. Universelle et millénaire sauge Déjà utilisée dans l’Antiquité, considérée au Moyen Age comme la panacée des plantes médicinales, appréciée par la médecine populaire qui lui consacre des célèbres dictons («Celui qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin», «Comment l’homme peut-il mourir si la sauge pousse dans son jardin?», la plante que le phytothérapeute Jean-Jacques Descamps appelle «la merveilleuse sauge» fait preuve d’une efficacité remarquable lors de troubles de la ménopause, en particulier les bouffées de chaleur et l’hypertranspiration.

  • Article No | Edition no 3 2014
    Troubles du sommeil

    En finir avec les troubles du sommeil Pas facile de tenir le coup durant la journée quand le sommeil réparateur fait défaut. Dans un premier temps, on peut tenter de soigner soi-même les troubles du sommeil. Voici différentes méthodes à tester et quelques bons conseils à suivre – sans hésitation! De très nombreux facteurs peuvent influer sur la qualité du sommeil et sur sa durée. En cas de troubles du sommeil, il faut avant tout supprimer les siestes durant la journée, veiller à un bon climat dans la chambre à coucher (pas de bruit,  température et aération idéales, etc.) et se souvenir que la durée du sommeil n’est pas extensible à souhait. A partir d’un certain âge, les besoins en sommeil diminuent; en outre,  la durée du sommeil est très variable d’un individu à l’autre. Autre conseil incontournable: éviter les excitants, tels que café, thé noir et boissons au cola, dans la soirée – et dès l’après-midi pour certaines personnes! La pratique du sport le soir a aussi tendance à retarder l’endormissement, de même qu’un repas trop copieux. Il faudrait plutôt viser le calme et la détente, par ex. avec des méthodes telles que la sophrologie ou la relaxation progressive selon Jacobson. De telles méthodes permettent d’évacuer le stress de la journée et de faire passer au second plan les soucis, qui sont peut-être à l’origine des troubles du sommeil. Somnifères en vente libre Si les conseils susmentionnés s’avèrent insuffisants ou si l’on souhaite les accompagner d’une approche pharmacologique, les commerces spécialisés proposent de nombreux produits en vente libre. L’offre est abondante dans le domaine des méthodes alternatives (homéopathie, phytothérapie, spagyrie, etc.), mais elle comprend aussi des médicaments de synthèse comme, par exemple, la diphénhydramine. Cette substance, disponible sous forme de gouttes ou de comprimés, se caractérise par son effet rapide (déjà au bout de 15 à 30 minutes). Puisqu’elle est métabolisée et donc inactivée par le corps en quelques heures, et qu’on estime à 6-8 heures la durée moyenne du sommeil, le patient respectant ces valeurs se réveille le lendemain reposé et détendu. Efficace et bien tolérée, la diphénhydramine  représente une solution intéressante lors de troubles passagers du sommeil: en cas de stress ou refroidissement, en voyage, etc. Toutefois, si les troubles de sommeil durent au-delà de 2 semaines, la consultation médicale s’impose.  

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept