Article n° 4965 | Edition n° 97 |

Ne laissez pas le rhume gâcher vos jours et vos nuits!

En cas de nez bouché, la bouche, obligée à prendre la relève pour la respiration, n’est toutefois pas en mesure d’humidifier l’air inspiré. Ainsi, la respiration buccale a tendance à irriter et à dessécher le larynx et les bronches.

L’hiver est toujours là, avec ses journées courtes et grises qui nous privent de la vitamine D, puissant immunostimulant, et des centaines de rhinovirus qui guettent les muqueuses respiratoires desséchées et fragilisées par le froid et le chauffage artificiel, ainsi que les sujets immunodéprimés par le stress, la déprime saisonnière ou une alimentation déséquilibrée.
Et quand le printemps pointera son nez, notre organisme devra faire face à des fréquentes et brusques variations de températures, qui mettront son système immunitaire à dure épreuve. 

Les mesures à visée préventive 

• Tout commence dans l’assiette. Une alimentation riche en légumes et fruits frais, céréales et produits céréaliers complets, aliments protéiniques maigres fournit les micronutriments nécessaires à l’immunité.

• Les compléments alimentaires et certaines plantes offrent une aide précieuse. Les complexes multivitaminés et multiminéraux, les acides aminés, la levure végétale plasmolysée, l’échinacée, l’ail, etc., ont fait leurs preuves.

• Une hygiène rigoureuse des mains est indispensable, car elles peuvent véhiculer les rhinovirus, tout comme les gouttelettes de salive émises en parlant ou en éternuant. 

• Bien aérer l’habitat, humidifier l’air ambiant, rincer le nez avec une solution à base d’eau physiologique ou d’eau de mer stérilisée, afin de renforcer les muqueuses respiratoires, représentent d’autres mesures efficaces.

• Afin de réduire le risque de contamination, les gouttes et les sprays nasaux ne doivent pas être partagés par toute la famille. Chaque personne devrait posséder son propre produit. 

Les mesures thérapeutiques 

Echapper au rhume n’est pas toujours possible, bien le soigner, si! Vasoconstricteur par voie orale, fumigations, application d’une pommade chauffante, bains aux essences complètent idéalement les suppléments plus fortement dosés de vitamine C et de zinc, et l’échinacée.

L’indispensable de toute pharmacie de ménage 

C’est un topique nasal vasoconstricteur sous forme de goutte, de spray ou de gel, qui dégage le nez rapidement et durablement. A titre d’exemple, l’oxymétazoline agit en 1 minute et pendant 12 heures. Tout en soulageant les symptômes du rhume, les topiques nasaux aident à prévenir d’autres affections respiratoires. Appliqués le soir, ils freinent l’écoulement dans l’arrière-gorge en prévenant la toux nocturne réflexe et les maux de gorge au réveil.  

Un emploi de courte durée 

Expliquer à vos clients que l’emploi des topiques nasaux ne doit pas dépasser  une semaine, sauf avis contraire du médecin. Au-delà de ce laps de temps, ces médicaments peuvent, d’un côté, entraîner une certaine accoutumance et, de l’autre, être à l’origine d’une rhinite sèche, caractérisée par la formation de croûtes et des difficultés respiratoires. Si nécessaire, une solution physiologique ou d’eau de mer stérilisée prendra la relève.

Bon à savoir:

L’air vicié augmente les besoins en vitamine A, qui, à son tour, décongestionne les muqueuses nasales. Insistez sur la nécessité de changer régulièrement l’air! 

Publicité

---------------------------------------------------------------------


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

Formation continue
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept