Article n° 1584

Mincir sans (trop) souffrir

Depuis mon adolescence, je trimballe plusieurs kilos de trop, dont je ne suis jamais arrivée à me débarrasser de façon durable. Que puis-je faire?

Mon principal problème est une irrésistible tendance au grignotage. Y a-t-il des solutions?

Les beaux jours approchent. Les vêtements légers ne dissimuleront bientôt plus les quelques kilos supplémentaires amassés durant l’hiver. L’excès pondéral deviendra alors un fardeau intolérable dont il faudra se débarrasser dans les plus brefs délais. A tort, car les régimes draconiens sont tout autant dangereux qu’inefficaces à long terme. Vous en avez fait vous-même la triste expérience.

Il n’existe pas de formule miracle pour perdre du poids, mais une foule de mesures susceptibles de vous aider. Apprenez à aimer votre corps qui n’a certes pas que des défauts (peut-être avez-vous une jolie poitrine ou une peau soyeuse?). Ne raisonnez plus en termes de régime, mot si restrictif et frustrant, mais plutôt de prise en charge nutritionnelle.

Cessez de considérer la nourriture comme une ennemie: faites-en votre alliée. Savourez ce que vous mangez: parmi les aliments que vous aimez, ne figurent sûrement pas que les douceurs ou les pommes chips! Tout en privilégiant les aliments sains et légers (légumes, fruits, aliments protéiniques maigres, céréales et produits céréaliers complets), sachez vous accorder une exception de temps à autre, en toute bonne conscience. Ne vous imposez jamais un aliment que vous détestez et ne renoncez pas complètement à celui que vous préférez, même s’il est riche en calories. Tout est question de fréquence et de quantité! La privation engendre la frustration et la frustration, la tentation.

L’effet yo-yo est probablement à l’origine de votre propension pour le grignotage. Ne sautez jamais un repas: vous vous retrouveriez en hypoglycémie, source de fatigue et de fringales.

Remplacez le grignotage par une ou deux collations légères: selon vos préférences, un yogourt, un fruit ou quelques crackers complets. Et n’oubliez pas qu’il existe des en-cas prévus à cet effet: par exemple des barres savoureuses, pauvres en calories, riches en vitamines, minéraux, protéines complètes, acides gras essentiels, etc. Elles sont disponibles en pharmacie et droguerie.

Si nécessaire, jouez la carte homéopathique: Anacardium est le remède de la personne qui se sent mieux en mangeant et pire, après avoir avalé goulûment de la nourriture.

 Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept