Article n° 4927 | Edition n° 97 |

Maux de gorge? Des plantes nous viennent en aide

Les huiles essentielles étaient déjà connues des anciens Egyptiens pour leurs effets sur les parasites, les champignons ou les bactéries.

Les inflammations de la gorge et de la cavité buccale sont extrêmement dérangeantes. La muqueuse du pharynx est sèche ou irritée et il en résulte des difficultés à avaler, à parler ou à respirer  normalement. Les précieux extraits de diverses plantes peuvent alors nous rendre service.

Utilisées depuis toujours comme plantes médicinales par les Indiens d’Amérique du Nord et d’Amérique centrale, les différentes espèces d’échinacée sont réputées pour leurs propriétés immunostimulantes. Sous la forme d’extraits alcooliques de la racine ou de plantes fraîches, l’échinacée entre dans la composition de différents produits phytothérapeutiques à visée préventive ou curative contre les maux de gorge, les inflammations de la cavité buccale et les refroidissements.

Huiles essentielles = «antibiotiques» naturels

Les huiles essentielles étaient déjà connues des anciens Egyptiens pour leurs effets sur les parasites, les champignons ou les bactéries. Au fil des siècles, elles sont demeurées des produits utilisés, parfois plus en cosmétique qu’en médecine. Mais l’aromathérapie est depuis de nombreuses années à nouveau sur le devant de la scène. En tant que produit d’agrément, on apprécie l’odeur des huiles essentielles qui remplit nos demeures d’une note rafraîchissante, dépaysante ou tout simplement bonne ! En médecine, de nombreuses expériences sont réalisées dans le but de démontrer scientifiquement les connaissances ancestrales dont on dispose pour certaines essences. In vitro, c’est-à-dire en laboratoire, on a «découvert» l’effet antiviral ou antibiotique de certaines d’entre elles. Pour n’en citer que quelques-unes, il s’agit de la sarriette, de la cannelle ou du thym. Sélectionnées avec soin, diverses huiles essentielles sont donc aussi utilisées dans des produits contre les maux de gorge ou les refroidissements. Et combinées à des extraits d’échinacée pour encore plus d’efficacité!


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Isabelle Hulmann

Articles similaires

  • On en parle No | Edition no 84 2013
    Traiter les maux de gorge par les plantes

    Gorge qui pique, déglutition qui fait mal, voix qui flanche…  Un médicament synthétique n’est pas forcément nécessaire, car Mère Nature a prévu des plantes efficaces. Les agents pathogènes – dans la plupart des cas, des virus, rarement des bactéries – pénètrent dans les tissus par les muqueuses de la bouche et de la gorge et y déploient leur action. Très souvent, les maux de gorges représentent les premiers symptômes d’un état grippal. En cas d’infection de la région rhinopharyngée, les médicaments à base de feuilles de sauge fraîches (Salvia officinalis) ou d’échinacée pourpre (Echinacea purpurea) garantissent de bons résultats.  La sauge, qui apaise la douleur et combat les microbes, est utilisée depuis longtemps comme remède pour toutes sortes d’affections de la bouche et de la trachée. De son côté, l’échinacée possède des propriétés anti-inflammatoires et antivirales. Des gargarismes à base de solution saline tiède (une cuillère à thé dans 500 ml d’eau) ou d’eau citronnée renforcent le processus. Par voie orale, l’échinacée fortifie un système immunitaire défaillant. Des études démontrent que l’action antivirale de la teinture d’échinacée est particulièrement adaptée aux personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies, et qu’elle offre une bonne protection contre la grippe et les refroidissements. Si des ganglions lymphatiques enflés apparaissent au niveau de la gorge ou si survient une forte fièvre, il faut consulter un médecin.

Article
Spagyrom_vitamag_97
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept