Article n° 4319 | Edition n° 92 | 2015

Lorsque la quantité n’a rien à voir avec la qualité

Les micronutriments interviennent dans tous les processus qui s’opèrent dans notre organisme.

En nutrithérapie, le terme «nutriments» désigne les substances présentes dans les aliments, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. On distingue les macronutriments et les micronutriments.

Les macronutriments, qui fournissent de l’énergie, comprennent les protéines, les glucides et les lipides. Avec l’eau, ils constituent 98% des aliments.
Les micronutriments, quant à eux, ne fournissent pas d’énergie et sont nécessaires à l’organisme en petites ou très petites quantités, mais, loin d’être moins importants, ils revêtent un rôle majeur dans tous les processus biochimiques qui s’opèrent dans le corps: la synthèse de nouvelles cellules, la régulation du système immunitaire, la transmission neuromusculaire, la contraction musculaire… et tant d’autres. Les micronutriments regroupent les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras. Notre corps est incapable de synthétiser la grande majorité des micronutriments (parmi les rares exceptions, citons la vitamine D, ainsi que les acides aminés et acides gras non essentiels), d’où l’importance vitale d’un apport constant et équilibré de ceux-ci via les aliments.

Ingérer, ce n’est pas assimiler

De nombreux facteurs contrecarrent l’assimilation des micronutriments ingérés: les troubles digestifs qui en amoindrissent l’assimilation gastro-intestinale, les métaux toxiques provenant de l’environnement qui inactivent des enzymes et bloquent des processus métaboliques, des carences qui entraînent d’autres carences, etc. A ces éléments s’ajoutent les «voleurs de micronutriments», tels que le stress, le tabagisme, la maladie ou le vieillissement, qui contribuent à épuiser nos réserves. Il n'en faut guère plus pour que les maladies s’installent.

Carences nutritionnelles et maladies

De très nombreuses carences nutritionnelles aboutissent à des phénomènes pathologiques. A titre d’exemple, la carence en calcium et vitamine D peut être responsable de l’ostéoporose et, celle en magnésium, de maladies cardiaques.

Les micronutriments vont certainement nous réserver encore de belles surprises…


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 3 2014
    Besoins nutritionnels

    Les besoins en micronutriments dans les différentes situations de la vie En 1968, le Dr Linus Pauling, biochimiste et physicien, publia l’ouvrage «Orthomolecular psychiatry (…)». La médecine orthomoléculaire était née. Le terme orthomoléculaire, du grec «orthos» (juste) et du latin «molecula» (molécule), se réfère au choix, dans de justes proportions, des molécules nécessaires à notre organisme. Au contraire de la médecine classique, qui soigne avec des substances étrangères à l’organisme, les médicaments, la thérapie orthomoléculaire utilise comme remèdes des «molécules (biologiquement) correctes», car naturellement présentes dans le corps: les micronutriments. Les micronutriments Ainsi, la médecine orthomoléculaire, rebaptisée «nutrithérapie» dans les pays francophones, soigne, seule ou en appoint à la médecine traditionnelle, les pathologies les plus diverses avec des «micronutriments» d’importance vitale pour l’organisme: vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras, acides aminés, etc. En outre, elle insiste sur l’individualité biochimique de l’être humain, dont les besoins diffèrent d’un individu à l’autre, en fonction du sexe, de l’âge, du type d’alimentation (végétarisme, forte consommation de viande, sucre, alcool, etc.) et du mode de vie (sédentarité, entraînement physique poussé, tabagisme, stress, etc.). Quelques exemples parmi tant d’autres La femme a des besoins plus élevés en fer et en calcium que son compagnon, en raison des règles, de la grossesse, de l’allaitement et de la ménopause. En revanche, celui-ci présente un besoin accru en zinc, oligo-élément nécessaire à la synthèse  du sperme. Pour rester en bonne santé, le senior doit veiller à consommer suffisamment de protéines, pour la reconstruction de ses tissus corporels, de vitamine B12, que son organisme peut moins bien assimiler, de vitamine D, dont la synthèse cutanée diminue avec l’âge, ainsi que de calcium, pour contrer la décalcification osseuse, etc. L’alcool appauvrit l’organisme en vitamines B et C, ainsi qu’en calcium, magnésium, potassium, zinc et acide gamma-linolénique. Les mêmes micronutriments figurent également parmi les «victimes» du stress, qui, en outre, consomme des acides aminés.

  • Article No 3053 | Edition no 73 2010
    Cherchez des poux... Vous aurez leur peau!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept