Article n° 4649 | Edition n° 94 | 2017

Longue vie au curcuma!

Le curcuma possède des propriétés antioxydantes exceptionnelles.

La nature est un immense réservoir de trésors de valeur inestimable. Chacune à son tour, des plantes, telles que, par exemple, l’ail, le millepertuis ou le ginseng, par ailleurs toujours d’actualité, ont connu leur heure de gloire. C’est à présent au curcuma de faire l’objet d’un grand intérêt, amplement mérité. Pour ma part, je lui prédis un avenir brillantissime.

 

Epice et plante médicinale à la fois, originaire du Sud-est de l’Inde, où il jouit d’une grande notoriété, le curcuma est consommé en moyenne à raison de 1,5-2 g par jour par les Indiens et utilisé en médecine indienne depuis des millénaires.
Cette plante hors du commun contient des vitamines comme la C et le carotène et des sels minéraux comme le potassium, mais ses principaux principes actifs sont les curcuminoïdes. Ceux-ci possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires exceptionnelles.

 

Le stress oxydatif fait des ravages

Le stress oxydatif (pollution, fumée, herbicides, pesticides et additifs présents dans les aliments, prise de certains médicaments, abus d’alcool, exposition prolongée au soleil, etc.) nous concerne tous et toutes. Or, les dégâts provoqués par les facteurs oxydants ne se limitent pas à notre apparence (vieillissement prématuré), mais intéressent la totalité de notre corps. De très nombreuses maladies peuvent être assimilées à des phénomènes de dégénérescence oxydative: l’arthrose, l’artériosclérose, la cataracte, la dégénérescence maculaire, des pathologies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) et même les cancers. Et cette liste est loin d’être exhaustive.

 

Les inflammations entravent notre qualité de vie

Les propriétés anti-inflammatoires du curcuma, très appréciables, concernent autant les articulations que la sphère digestive.
A relever également que l’efficacité du curcuma se double d’une excellente tolérance. On ne lui reconnaît qu’une légère action anticoagulante, qui entraîne quelques restrictions d’emploi: pas de prise avec des médicaments anticoagulants (sauf avis contraire du médecin) ou les quelques semaines qui précèdent les interventions chirurgicales.
Mal assimilé lorsqu’il est ingéré seul, le curcuma l’est aisément si on l’associe au poivre noir et à de la matière grasse. Il existe, en outre, une méthode qui permet de le rendre soluble dans l’eau.
Le curcuma hydrosoluble, dont la biodisponibilité est excellente, peut être avantageusement associé à d’autres antioxydants, tels que par ex. la vitamine C et le thé vert.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept