Article n° 4053 | Edition n° 88 | 2014

L’hypertension, ce fléau

En général, la pression augmente déjà dès 35 ans et, chez la femme, au plus tard au début de la ménopause.

On estime qu’environ un tiers des Suisses souffrent d’hypertension à leur insu. Cela n’est guère étonnant: la plupart des hypertendus ne ressentent aucun trouble.

La pression artérielle est considérée comme normale jusqu’à 130/80 mm Hg.Une hypertension non traitée constitue une menace très sérieuse pour la santé. Elle durcit et abîme les parois artérielles, favorisant le développement de l’artériosclérose. A la longue, une artère soumise à une tension excessive risque d’éclater, provoquant une hémorragie qui peut avoir des séquelles très graves, voire mortelles.

Confronté à une résistance accrue au flux sanguin, le cœur doit fournir un effort supplémentaire non négligeable, ce qui conduit progressivement à l’insuffisance cardiaque. Une hypertension non maîtrisée durant de nombreuses années peut également causer des dommages graves aux yeux et aux reins.

Les facteurs de risque

Si l’hypertension peut n’avoir aucune cause (on parle alors d’hypertension «essentielle»), on connaît bien les facteurs de risque de cette pathologie: la surcharge pondérale, l’excès de sel, de «mauvaises» graisses (beurre, viandes et fromages gras), d’alcool et de caféine, la sédentarité, le tabagisme, le stress, l’hérédité, etc.

Le traitement de l’hypertension fait donc appel en premier lieu à une amélioration de l’hygiène alimentaire et de vie. En font partie un apport correct d’acides gras oméga-3 (poisson, huiles de lin, noix, colza, etc.) et élevé de potassium, calcium et magnésium (céréales et produits céréaliers complets, légumineuses, légumes et fruits frais, fruits secs, laitages allégés). Le premier minéral, pourvu d’une action diurétique, est l’antagoniste naturel du sodium, alors que les deux autres luttent contre le stress. De plus, le magnésium est pourvu d’un effet vasodilatateur. Notamment les oméga-3 et le magnésium peuvent faire l’objet d’un supplément, en cure. A raison de 90-120 mg, la coenzyme Q10 est susceptible également d’abaisser la pression artérielle.

Le diagnostic précoce et le traitement de l’hypertension améliorent considérablement l’espérance de vie. Les spécialistes sont unanimes: dès 45 ans au plus tard, tous les patients devraient mesurer eux-mêmes leur pression à la maison. Grâce aux tensiomètres actuellement disponibles, cela est à la portée de tout un chacun.

--------------------------------------------------------------------------------
Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Mesurer sa tension artérielle: il faut y penser!

    En Suisse, un adulte sur quatre est hypertendu, un sur deux à partir de 60 ans. Généralement, l’hypertension ne se fait pas sentir, de sorte que nombre de personnes touchées n’en sont pas conscientes. Les conséquences peuvent être fatales. Les experts parlent d’un «tueur silencieux et invisible». D’une part, le coeur souffre de ’hypertension car elle fait que le myocarde doit forcer anormalement pour pomper le sang, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque. D’autre part, elle endommage les vaisseaux, avec à la clé attaque cérébrale, infarctus du myocarde ou démence vasculaire. Il est indispensable de prendre la tension Étant donné que l’hypertension artérielle ne fait pas mal et ne cause aucun symptôme, il est indispensable de prendre sa tension pour en avoir le coeur net. Même des personnes jeunes peuvent être hypertendues, la Fondation Suisse de Cardiologie recommande donc de contrôler sa tension une fois par an à partir de 18 ans, que ce soit chez le médecin, en pharmacie ou chez soi avec un tensiomètre. Si le résultat est trop élevé, c’est-à-dire supérieur à 140/90 mmHg, il faut consulter un médecin. En effet, si l’hypertension est diagnostiquée précocement et ramenée à la normale, le risque d’attaque cérébrale et d’autres maladies cardio-vasculaires diminue. De bonnes possibilités de traitement Le plus souvent, on ne sait pas pourquoi quelqu’un est hypertendu. Mais l’hypertension n’est pas seulement une fatalité: un mode de vie sain permet à chacun d’agir préventivement. En font partie: consommer le sel avec parcimonie, réduire l’excès de poids, avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, ne pas fumer et réduire le stress. Si ces mesures ne suffisent pas, il existe aujourd’hui de bons raitements médicamenteux. La rédaction en collaboration avec la Fondation Suisse de Cardiologie

  • Article No | Edition no 92 2015
    Ne laissons pas l’insomnie gâcher… le tiers de notre vie!

    Selon des estimations récentes, nous dormons en moyenne une heure en moins qu’il y a 20 ans, alors que la fréquence des burnouts ne cesse de croître. Rien d’étonnant à cela: notre style de vie frénétique, avec cette course effrénée à la productivité, nous amène à sacrifier ce qui est, à nos yeux, une perte de temps. Et pourtant… Nous passons environ le tiers de notre vie dans les bras de Morphée! Un sommeil qualitativement ou quantitativement suffisant est une condition sine qua non pour rester en bonne santé, alors que l’insomnie, à moyen ou long terme, est à l’origine des troubles les plus divers: fatigue chronique, difficultés de concentration, baisse de l’immunité, problèmes gastro-intestinaux, hypertension, dépressions, etc. Agir sans tarder Le traitement de l’insomnie fait appel, d’un côté, à la suppression de sa cause (stress, abus de nicotine et de caféine, sédentarité, trouble organique, tel que douleurs ou toux, nuisances sonores, etc.) et, de l’autre, à l’acquisition de bonnes mesures hygiéno-diététiques. En font partie la relaxation, la pratique de la pensée positive, une activité physique douce et régulière, ainsi que, bien sûr, une alimentation équilibrée. La prise d’un hypnotique ne devrait être envisagée qu’en cas d’échec des mesures susmentionnées. Les somnifères en vente libre sont d’origine végétale (valériane, passiflore, mélisse, etc.) ou synthétique (antihistaminiques, comme p. ex. la diphénhydramine). Les premiers sont bien tolérés, mais destinés aux insomnies légères, les seconds, plus efficaces. La diphénhydramine, en particulier, présente plusieurs avantages: une action rapide entraînant l’endormissement 15 à 30 minutes après la prise, une élimination après 4 à 6 heures assurant un réveil aisé, et une bonne tolérance. Elle représente une solution valable dans l’insomnie transitoire ou occasionnelle. Une insomnie persistante (qui dure plus de 2 à 3 semaines) relève de la consultation médicale.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Quand le nez saigne…

    Généralement bénins, les saignements du nez ne doivent toutefois pas être pris à la légère. La consultation s’impose en cas de saignements fréquents, prolongés ou consécutifs à un traumatisme crânien. Le nez est porté à saigner, car il comporte de nombreux vaisseaux dont la fonction est de réchauffer et d’humidifier l’air respiré.Ces vaisseaux sont à fleur de peau et, par conséquent, plus fragiles. On distingue les saignements du nez (ou «épistaxis») de cause locale, générale, médicamenteuse ou d’origine traumatique. Parmi les causes locales, figurent la sécheresse ou l’inflammation de la muqueuse nasale (en cas par exemple de rhume ou allergie), ainsi que des dommages directs de celle-ci (lorsque l’on se mouche trop fort ou l’on se gratte l’intérieur du nez). En hiver, évitez de surchauffer votre intérieur et, si possible, utilisez un humidificateur. En cas de rhinite, ne vous mouchez pas trop violemment et utilisez un topique* nasal (gouttes, spray ou gel) contenant une substance hydratante et régénératrice, telle que par exemple le dexpanthénol. En ce qui concerne les causes générales, citons notamment les maladies sanguines, les troubles de la coagulation, l’hypertension artérielle et le diabète sucré, ainsi que des déficits nutritionnels (en vitamines C ou K). Antibiotiques et vitamine K Au premier rang des causes médicamenteuses, se trouvent les anticoagulants, qui agissent en fluidifiant le sang. A ceux-ci s’ajoutent les contraceptifs oraux, l’aspirine, la cortisone et ses dérivés, qui augmentent les besoins en vitamine C, ainsi que les antibiotiques, qui, en altérant la flore intestinale, entraînent une diminution de la synthèse de la vitamine K. En cas d’antibiothérapie, protégez la flore bactérienne intestinale à l’aide d’une levure médicinale ou d’un probiotique. * Topique: tout médicament d’application externe qui agit localement.

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept