Article n° 920 | Edition n° 67 | 2009

Les verrues, hors de ma vue!

Nombreuses sont les personnes qui souffrent de verrues, le plus souvent sur les mains et sous la plante des pieds. Même en prenant quelques précautions élémentaires, comme porter des claquettes en plastique sur le bord des piscines, on échappe rarement à ces disgracieuses excroissances.

Toute verrue atypique qui s'étend, provoque des grattements, saigne ou apparaît sur un grain de beauté doit être enlevée et examinée par un anatomo-pathologiste.

D'aspect dur, corné, de surface irrégulière et brune, elles se développent avant tout sur les paumes des mains et les doigts. Elles sont contagieuses, surtout chez l'enfant, et autocontagieuses par contact. Elles peuvent être uniques ou multiples, souvent avec une présence d'une verrue mère plus grosse que les autres.
Une baisse de l'immunité et un terrain anxieux favorisent le développement des verrues, en particulier lors de traitements immunosuppresseurs.

Comment distinguer les formes bénignes des souches dangereuses?

Les verrues peuvent durer des mois, voire des années, et disparaître du jour au lendemain. Cette persistance est due à leur origine virale. Les virus concernés, de la famille des papillomas, sont environ une soixantaine. La majorité des verrues est bénigne et n'a besoin que d'un traitement local, mais certaines souches sont plus dangereuses et, dans ce cas, un diagnostic chez le dermatologue est nécessaire.

Les traitements sont très nombreux, variables en fonction du type, de la taille, du siège des lésions et de l'âge du sujet.

  • L'abstention thérapeutique peut parfois fonctionner, car on connaît la régression spontanée des verrues ­vulgaires de l'enfant et de certaines verrues planes. Le rôle de l'immunité semble essentiel.
  • L'application localisée de vaseline salicylée peut également être efficace. En effet, l'acide salicylique étant kératolytique, est en mesure de dissoudre la kératine, un des constituants principaux de l'épiderme.
  • Le traitement par cryothérapie, c'est-à-dire par le froid, était jusqu'à maintenant réservé aux cabinets de dermatologues. Mais une version à effectuer soi-même est désormais disponible en pharmacie et en droguerie sous forme d'aérosol. Celui-ci délivre une température de -50? sur un embout en mousse, grâce auquel on «gèle» une verrue en moins d'une minute.
  • D'autres méthodes, telles que le laser, sont parfois utilisées en cas de verrues très nombreuses.

Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Dr. Géraldine Font-lochum

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    La vitamine des quatre saisons

    A juste titre, on fait appel à la vitamine C, immunostimulante, durant la mauvaise saison. Il serait toutefois erroné de l’identifier à celle-ci, car elle possède bien d’autres indications… non saisonnières! Protection contre les radicaux libres (action antioxydante) Ces molécules oxydantes, produites par notre corps ou provenant de l’environnement, accélèrent les processus dégénératifs, dont font partie le vieillissement prématuré, la cataracte, l’arthrose, l’artériosclérose, certaines maladies cardiaques, neurologiques et tant d’autres. Fatigue La vitamine C combat la fatigue en intervenant dans la synthèse de la carnitine, substance apparentée aux acides aminés, qui transforme les graisses en énergie. Production de collagène Le collagène est la substance fondamentale du tissu conjonctif, présent dans la peau, les vaisseaux sanguins, les muscles, les ligaments, les os, etc., auxquels la vitamine C confère élasticité, force et/ou solidité. La carence se manifeste par: saignements des gencives, mauvaise cicatrisation des plaies, fragilité capillaire, faiblesse ligamentaire et musculaire, etc. Allergies La vitamine C contrôle le taux d’histamine, médiateur de l’allergie, dans le sang et les tissus. Anémie ferriprive La vitamine C favorise l’assimilation du fer. Stress, déprime En intervenant dans la synthèse des hormones du stress (l’adrénaline et la noradrénaline), la vitamine C augmente la résistance au surmenage physique et psychique. Et il y a mieux: elle est impliquée dans la production de deux neuromédiateurs cérébraux, appelés «hormones de la bonne humeur»: la sérotonine et la noradrénaline. Désirez-vous en savoir davantage sur cette précieuse vitamine? Consultez notre site vitamag.ch et introduisez les mots clés «vitamines» dans notre moteur de recherche.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Toux, quand tu nous tiens!

    Souvent liée à un refroidissement des voies respiratoires supérieures, la toux peut facilement s’installer pendant deux à trois semaines et rendre la vie pénible, de jour comme de nuit. S’en débarrasser prend donc un certain temps et l’aide d’un médicament est souvent la bienvenue. Le refroidissement typique peut débuter par un rhume ou une gorge «qui gratte». Les virus responsables colonisent les muqueuses du nez, de la gorge et des bronches avec plus ou moins de force et de réussite. S’il est «en forme», notre système immunitaire est parfaitement en mesure de combattre ces agents pathogènes. Prenez-endonc soin! Dormez suffisamment, veillez à un apport suffisant en vitamines, minéraux et oligoéléments et faites régulièrement de l’exercice, aussi en plein air. Bronchite aiguë Le Dr Eric Breitenstein, pneumologue, précise qu’«au niveau des bronches, le refroidissement est à l’origine de ce qu’on appelle la bronchite aiguë. Dans la grande majorité des cas, la cause en est virale. En général, les patients souffrent d’abord d’une infection virale des voies aériennes supérieures, telles que pharyngite (inflammation de la gorge) ou rhume, puis de l’apparition d’une toux sèche due à l’irritation. Si l’inflammation se propage dans les bronches, la toux devient humide et productive, avec des expectorations plus ou moins colorées. Après la phase d’expectoration, la toux redevient sèche, puis disparaît. La guérison est donc normalement spontanée. A titre de traitement symptomatique, je recommande un mucolytique (expectorant), qui peut aider à fluidifier les sécrétions. Si nécessaire, un médicament antitussif calme le réflexe de la toux, en particulier pendant la nuit.» En complément, on veillera toujours à boire suffisamment, par exemple une tisane pectorale ou encore une tisane de thym, de tilleul ou de guimauve. D’une manière générale, des inhalations, des frictions ou un bon bain chaud peuvent également contribuer à soulager les symptômes des refroidissements.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Lorsque la quantité n’a rien à voir avec la qualité

    En nutrithérapie, le terme «nutriments» désigne les substances présentes dans les aliments, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. On distingue les macronutriments et les micronutriments. Les macronutriments, qui fournissent de l’énergie, comprennent les protéines, les glucides et les lipides. Avec l’eau, ils constituent 98% des aliments. Les micronutriments, quant à eux, ne fournissent pas d’énergie et sont nécessaires à l’organisme en petites ou très petites quantités, mais, loin d’être moins importants, ils revêtent un rôle majeur dans tous les processus biochimiques qui s’opèrent dans le corps: la synthèse de nouvelles cellules, la régulation du système immunitaire, la transmission neuromusculaire, la contraction musculaire… et tant d’autres. Les micronutriments regroupent les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras. Notre corps est incapable de synthétiser la grande majorité des micronutriments (parmi les rares exceptions, citons la vitamine D, ainsi que les acides aminés et acides gras non essentiels), d’où l’importance vitale d’un apport constant et équilibré de ceux-ci via les aliments. Ingérer, ce n’est pas assimiler De nombreux facteurs contrecarrent l’assimilation des micronutriments ingérés: les troubles digestifs qui en amoindrissent l’assimilation gastro-intestinale, les métaux toxiques provenant de l’environnement qui inactivent des enzymes et bloquent des processus métaboliques, des carences qui entraînent d’autres carences, etc. A ces éléments s’ajoutent les «voleurs de micronutriments», tels que le stress, le tabagisme, la maladie ou le vieillissement, qui contribuent à épuiser nos réserves. Il n'en faut guère plus pour que les maladies s’installent. Carences nutritionnelles et maladies De très nombreuses carences nutritionnelles aboutissent à des phénomènes pathologiques. A titre d’exemple, la carence en calcium et vitamine D peut être responsable de l’ostéoporose et, celle en magnésium, de maladies cardiaques. Les micronutriments vont certainement nous réserver encore de belles surprises…

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept