Article n° 3458 | Edition n° 83 | 2012

Les maladies d'hiver ne sont pas une fatalité

Nul n’ignore que les maladies infectieuses, telles que la grippe et les refroidissements, affectionnent les jours gris. Sont-elles vraiment inévitables?

Les causes de ces maladies saisonnières sont nombreuses: le froid et le chauffage  artificiel dessèchent  les muqueuses respiratoires, le stress (en général très important entre la rentrée des vacances et la fin de l’année) affaiblit le système immunitaire, l’ensoleillement insuffisant déteint sur le moral, provoquant aussi une baisse des défenses naturelles. Au fond, nous avons inversé le rythme ancestral respecté jusqu’au siècle dernier: nous nous reposons en été, lorsque notre moral est au beau fixe et notre forme à son top niveau, et nous travaillons en hiver, au moment où notre organisme est le plus vulnérable. . .
D’un point de vue nutritionnel, la prophylaxie de la grippe et des infections des voies respiratoires repose sur deux éléments: stimuler le système immunitaire et fortifier les muqueuses respiratoires.

Stimuler le système immunitaire

Les plus puissantes substances immunostimulantes sont la vitamine C et l’oligo-élément zinc.
La vitamine C est présente en grande quantité dans les légumes et les fruits, notamment les choux, les poivrons, le kiwi et les agrumes. Le zinc, quant à lui, est fourni essentiellement  par les fruits de mer (en premier lieu, l’huître), le foie, les légumes secs, les céréales et le pain complet. Plusieurs  facteurs entraînent une déperdition, à la fois, de la vitamine C et du zinc: le stress, la fumée, l’excès de café et d’alcool, la prise des contraceptifs oraux, une transpiration abondante ou encore l’entraînement physique poussé.

Fortifier les muqueuses respiratoires

Les fruits et légumes de couleur vive, ainsi le foie, l’œuf, le  beurre et la crème, représentent  les meilleures sources de la vitamine A, qui est, par excellence,  la vitamine des muqueuses.
Lors de carence en cette substance, les muqueuses sont affaiblies et s’infectent plus facilement. Les personnes qui suivent un régime pauvre en cholestérol ou en graisses risquent l’hypovitaminose A, si elles ne compensent pas avec des quantités importantes de fruits et de légumes ou un supplément de cette vitamine. En effet, les principales sources animales de vitamine A contiennent beaucoup de cholestérol. En outre, cette vitamine liposoluble  ne peut être assimilée que dissoute dans un corps gras (beurre, margarine, huile, etc.).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept