Article n° 1437 | Edition n° 15 | 1998

L?émergence de la médecine orthomoléculaire en Europe

Afin de faire connaître la médecine orthomoléculaire et ses préparations nutritionnelles à une plus large audience, le Dr Lothar Burgerstein fonda en 1972 l’entreprise Antistress AG, société pour la promotion de la santé. En 1980, le Dr Burgerstein créa à Rapperswil le premier cabinet de thérapie orthomoléculaire en Europe, équipé de laboratoires et d’une station de recherche sur les allergies. L’année suivante il publia son œuvre «Heilwirkung von Nährstoffen» (l’effet curatif des nutriments), premier manuel orthomoléculaire en langue allemande dont la 1ère édition fut rapidement épuisée.

Aujourd’hui, 16 ans plus tard, nous assistons à la parution de la 8e édition de cette œuvre, entièrement remaniée et enrichie en fonction des découvertes scientifiques les plus récentes. Son titre «Burgerstein Handbuch Nährstoffe». L’alimentation saine et la supplémentation en vitamines, minéraux, oligoéléments, acides aminés et acides gras sont présentées de façon claire et logique. La médecine orthomoléculaire a pour principe de recouvrir exclusivement à des nutriments habituellement présents dans notre organisme et dans notre alimentation en vue de prévenir ou de traiter les maladies. Les recommandations alimentaires et nutritionnelles relatives aux différentes maladies se trouvent traitées dans une rubrique séparée.

L’atout de ce manuel: il convient autant au néophyte qu’au praticien. Exhaustif et actuel, concis et clair, il est à nul autre pareil. Pour l’instant, il n’est disponible qu’en allemand.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • On en parle No | Edition no 98 2019
    Des suppléments adaptés pour un régime réussi

    Pour bien réussir un régime amaigrissant (pour ma part, je préfère parler de plan nutritionnel hypocalorique), il ne faut pas choisir que les aliments, mais aussi les suppléments qui le complètent et le soutiennent, à savoir: • les protéines, matériel de construction de notre corps, qui mettent à l’abri de la fonte musculaire et du flétrissement tissulaire. Il faut compter 1 g de protéines par kilo corporel et par jour. Le cas échéant, des mélanges de protéines, même végétariennes et véganes, sont disponibles chez votre pharmacien ou droguiste; • les micronutriments. Moins on mange, moins on ingère de vitamines, minéraux, oligo-éléments, etc., d’où le risque de fatigue et carences diverses. Un complexe multivitaminé et multiminéral fera très bien l’affaire; • des oligoéléments, tels que l’iode (en absence de toute pathologie thyroïdienne) et le chrome, s’avèrent particulièrement utiles. Le premier stimule le métabolisme en augmentant la production d’énergie, alors que le second régule l’appétit. Demandez à votre spécialiste une préparation qui les contienne.

  • Article No 3242 | Edition no 1 1994
    La médecine orthomoléculaire ou nutrithérapie.

  • Article No 3141 | Edition no 75 2011
    Parés pour l'hiver!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept