Article n° 4329 | Edition n° 92 | 2015

Le sport, une occupation à risque?

L'avis du spécialiste: Bernard Jurth, kinésithérapeute du sport et ostéopathe, considère que, contrairement aux sportifs de haut niveau qui apprennent à gérer leur douleur, les amateurs sont les vrais sujets à risque de par une hygiène de vie moins rigoureuse (pratique irrégulière, alimentation déséquilibrée, etc.), des exercices inadaptés ou un mauvais équipement. Son conseil: varier les activités physiques autant que possible!

La pratique sportive est, quel que soit son niveau, une sollicitation exagérée de notre structure motrice. A ce titre, il est aisé de comprendre qu’elle implique fatalement un risque de lésions. La modularité de l’exercice physique de faible à intense sous-entend des blessures potentielles et des soins différents.

Quelles blessures?

Les atteintes musculaires, aussi nombreuses que graduelles, vont de la simple crampe à la déchirure. Si la crampe ou la courbature sont désagréables, elles sont tout à fait bénignes, contrairement à l’élongation, synonyme d’allongement excessif du muscle, qui peut aller jusqu’au claquage, voire à la déchirure. Ces traumatismes générés par un effort violent sont évidemment plus graves et nécessitent souvent une consultation médicale tout comme les pathologies ostéoligamentaires (entorses, tendinites, luxations et fractures).

Quelles solutions?

Crampes et courbatures ne nécessitent pas réellement d’intervention thérapeutique; échauffement, hydratation et étirements doivent suffire à prévenir ces désagréments. En revanche, les élongations impliquent un arrêt immédiat de l’activité, une applicationde glace, ainsi qu’une contention du muscle avec un bandage élastique. Les pathologies à forte composante inflammatoire comme les tendinites ou les entorses peuvent, en outre, requérir l’application locale d’un anti-inflammatoire de type ibuprofène ou diclofénac, notamment sous forme de patch ou tissugel, qui assure une diffusion continue du principe actif sur le site douloureux sans effets secondaires gastrointestinaux.

Une rééducation chez un physiothérapeute ou un ostéopathe assurera une guérison complète éloignant ainsi les risques de récidive.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Dr. Stéphane Hoën

Articles similaires

  • En tête à tête avec... No | Edition no 97
    Romain Ducret: La victoire sur soi est la plus grande des victoires

    Les références de Romain Ducret sont du côté de l’Antiquité: Platon, Socrate, Sénèque. Que ce soit au niveau professionnel ou dans le sport, il aide l’individu à découvrir, puis développer ce que chacun possède: son potentiel. Platon n’a-t-il pas dit: «La victoire sur soi est la plus grande des victoires.» A 60 ans, il réalise encore et toujours de beaux défis. Vous avez pratiqué de nombreux sports dont le football. Mais comment en êtesvous venu à cette passion débordante pour la montagne et le ski-alpinisme? Peut-être les gènes y sont pour quelque chose! Ma maman m’a transmis cette passion et m’a fait découvrir à l’adolescence cet univers extraordinaire. Vous avez gravi des centaines de «3000 m et 4000 m» et participé à des centaines de courses de ski-alpinisme dont la Patrouille des glaciers (110 km effort et 8000 m de dénivelé). La presse a relaté que vous seriez le seul à avoir participé à toutes ses éditions? Le seul, je ne sais pas. Mais nous ne devons pas être nombreux à les avoir toutes réalisées depuis 1984. En toute honnêteté, je ne compte pas, car le plaisir est incalculable. Plus d’infos: RTS TJ Le 19.30 La patrouille des glaciers, épreuve mentale autant que physique, www.gmrh.ch/articles-de-presse A 60 ans, vous avez à nouveau effectué la Patrouille des glaciers de Zermatt à Verbier, puis, comme chaque année, un beau défi avec deux coéquipiers. Quelques précisions? En une traite et en moins de 22 heures, nous avons effectué à vélo le trajet du Bouveret à Zermatt (154 km et 1400 m de dénivelé) et avons enchaîné à pied l’ascension de l’Aeschhorn (3669 m) en passant par le glacier (2100 m de dénivelé). Vous n’avez pas pris un gramme et votre motivation est toujours intacte. Vos performances physiques sont comparables à celles que vous réalisiez 30 ans plus tôt et vous respirez l’harmonie. Avez-vous un secret ou une potion magique comme Astérix? Sûrement pas! J’ai lu, beaucoup lu. Ma source d’inspiration demeure surtout les grands de la Grèce antique. Quotidiennement, je suis émerveillé des centaines de fois par la beauté de la nature et j’ai conscience de ma chance de pouvoir travailler et faire du sport. Vous êtes formateur et coach professionnels, professeur dans de hautes écoles, mais aussi préparateur mental de sportifs. Voyez-vous des points communs entre le monde du travail, le sport et la vie privée? Sans doute. Chaque année, je côtoie des milliers de personnes de tout horizon. Certaines sont épanouies. D’autres cherchent leurs voies ou font face à un grave problème. Mais quels que soient le domaine ou la situation, chaque personne a un potentiel à développer.Plus d’infos: La Liberté, le coaching répond à un besoin et La tribune de Genève, stress, pression, responsabilités: quand le mental des sportifs cède, www.gmrh.ch/articles-de-presse Vous ne vous contentez pas de souvenirs. Votre prochain projet sportif pourrait être, entre autres, l’ascension rapide du Chimborazo (6268 mètres) en Equateur. Mais encore? C’est un projet sportif pour 2019. Je vais continuer à m’enrichir de rencontres, d’être conscient de chaque petit plaisir et d’apprécier les beautés de la nature. Rédaction, www.vitamag.chCrédit photo: Romain DucretPlus d'infos: Romain Ducret, www.gmrh.ch   RTS – La Matinale 5h - 6h30 L'invité: Romain Ducret, fondateur de l’Académie de coaching éthique    

  • Article No | Edition no 93 2016
    Développez votre capital bonheur!

    Le bonheur est en nous. Au-delà de toute considération philosophique, nous avons les moyens de stimuler la production cérébrale de substances très bénéfiques pour l’humeur: les endorphines. Présentes dans le cerveau, la moelle épinière et le tube digestif, les endorphines ont été découvertes dans les années 1970. Parmi les propriétés qui leur sont attribuées, figurent l’apaisement de la douleur (action comparable à celle de la morphine), l’apparition du plaisir, voire de l’euphorie, ainsi que la diminution du stress et de l’anxiété. Il existe différents facteurs favorisant la synthèse d’endorphines, à savoir: • la lumière des UV, ce qui explique l’influence du beau temps sur l’humeur et plaide en faveur de l’activité physique en plein air; • les relations amoureuses et sexuelles épanouies; • le rire; • la consommation de chocolat et de café (mais gare à l’abus, source de carences nutritionnelles et/ou de troubles de santé); • et, surtout, la pratique du sport. Les sports les plus «endorphinogènes» sont ceux d’endurance (course, vélo, walking, ski de fond, etc.), mais aussi la musculation et les activités à efforts fractionnés (football, basket, badminton, etc.). Après une telle activité sportive, le taux d’endorphines est multiplié par 5, et les effets perdurent plusieurs heures. Mais il ne suffit pas de courir, marcher vite ou pédaler pour goûter aux endorphines. Encore faut-il maintenir l’effort pendant une demi-heure en gardant un rythme dit confortable (supérieur à 60% de ses capacités respiratoires et permettant de rester en équilibre d’oxygène). La production d’endorphines à l’effort explique pourquoi on peut devenir accro du sport et ressentir un manque en cas d’arrêt, par exemple sur blessure. Mais mieux vaut-il être dépendant du sport que de l’alcool ou des médicaments! Gare aux ennemis des endorphines! Relevons qu’il existe également des facteurs qui diminuent la production d’endorphines: en premier lieu, l’alcoolisme (l’alcool agit sur les mêmes récepteurs que ces substances et prend leur place) et le surentraînement.

  • En tête à tête avec... No | Edition no 92 2015
    106 buts en Bundeslinga!

    Stéphane Chapuisat Notre rencontre au stade de Suisse revêt un caractère particulier. Nous avons rendez-vous avec le seul joueur de football suisse ayant joué la finale et gagné la ligue des champions. Nous sommes en tête à tête avec Stéphane Chapuisat, dit «Chappi». Un homme dont le magnifique palmarès n’a d’égal que sa modestie. Votre grand-père a joué avec Lausanne Sport et votre père a marqué l’histoire du football suisse. Etiez-vous programmé pour le football? On ne m’a rien imposé, mais, en même temps, je suis né avec un ballon aux pieds et la passion pour le football. Dans quels clubs avez-vous débuté, et à quel âge êtes-vous parti en Allemagne? J’ai fait mes premières armes en junior avec le Red Star Zurich. À 18 ans, j’ai obtenu mon premier contrat professionnel avec le Lausanne Sport, puis, à l’âge de 21 ans, j’ai posé mes bagages en Allemagne au KFC Uerdingen. Vous avez évolué durant 8 ans avec le Borussia Dortmund et vous restez le 3e meilleur buteur étranger de Bundesliga… Une très belle période, dont une partie sous la houlette d’Ottmar Hitzfeld. Au total, j’ai disputé 218 matchs en Bundesliga et marqué 106 buts. Champion suisse et d’Allemagne, 103 sélections avec la «Nati», participations à la Coupe du monde et à l’Euro, vainqueur de la Ligue des champions… Votre meilleur souvenir? La réponse n’est pas facile. Ce sont tous de bons souvenirs! Je prends plus conscience avec le temps et le recul de ces moments inoubliables. Je dois vraiment choisir? Gagner La ligue des champions avec son ambiance extraordinaire! Votre carrière terminée, vous avez été ambassadeur UEFA pour l’Euro organisé en Suisse et Autriche. Que devient «Chappi»? Ma passion pour le football est intacte. Je suis resté dans le milieu. J’ai un mandat pour l’Association suisse de football pour des jeunes attaquants et je suis chef scout pour le BSC Young Boys. Avec la passion qui vous anime, jouez-vous encore au football? J’aime toujours le contact avec le ballon! Je joue encore pour le plaisir avec des copains en senior à l’Etoile Sportive Malley. Quels sont vos rapports avec la santé? Elle est évidemment primordiale. Je m’en suis rendu compte lorsque j’ai été victime de blessure. La nutrition, l’activité physique et la récupération sont importantes. Je pratique régulièrement du sport (tennis, course à pied, etc.). Propos recueillis par Stéphane Ducret, www.vitamag.ch

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept