Article n° 1386 | Edition n° 77 | 2011

Le paracétamol: un glorieux ancien qui nous fait du bien

De nos jours, la douleur est sans doute la première cause de consommation médicamenteuse. Depuis l’Antiquité, des guérisseurs de tout poil ont utilisé tisanes et décoctions de saule ou de quinquina pour leurs propriétés antalgiques. Au 19e siècle, l’avènement de la chimie moderne permet la synthèse de nombreuses molécules, comme le paracétamol, qui sera commercialisé en 1955!

Le paracétamol constitue le traitement de première intention de la douleur légère à modérée, ainsi que de la fièvre. Il est l’un des médicaments les plus vendus au monde.

Des propriétés jamais remises en cause

Si la carrière du paracétamol commence discrètement par la commercialisation d’une spécialité pédiatrique, ses propriétés antalgiques (contre la douleur) et antipyrétiques (contre la fièvre) élargissent rapidement, et de plus en plus souvent, son utilisation chez l’adulte. Aujourd’hui, le paracétamol est l’antalgique le plus employé, seul ou en association. Il est le premier recours dans les douleurs aiguës (maux de tête, de dos, etc.) ou chroniques (arthrose). Ses propriétés antipyrétiques lui font, de plus, une place de choix en cas de fièvre (grippe), chez l’adulte comme chez l’enfant.

Les raisons du succès

Elles sont multiples. En premier lieu, on remarqua très vite une tolérance gastrique nettement supérieure à celle de l’aspirine, tolérance non encore démentie aujourd’hui, par rapport à d’autres anti-inflammatoires. Ayant un mécanisme d’action différent de ces derniers, le paracétamol ne présente pas les mêmes interactions médicamenteuses, notamment avec les anticoagulants. En outre, il peut être administré aux nourrissons, aux enfants, aux femmes enceintes et aux seniors.

Ainsi, cette souplesse d’utilisation a permis la multiplication des formes galéniques (comprimés filmés, tablettes, comprimés effervescents, suppositoires, suspensions buvables, sachets, infusions, etc.) et des dosages. En cas de besoin, l’association avec d’autres antalgiques est possible, moyennement l’accord d’un professionnel de la santé.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    La neige, le ski, le soleil... mais sans la grippe!

    Avec la régularité d'une horloge, il y a des maladies qui se rappellent à nos (mauvais) souvenirs. C'est le cas de la grippe dont l'apogée se situe au coeur de l'hiver. L'épidémie de grippe se manifeste, sous nos latitudes, dès les dernières semaines de l’année et peut sévir jusqu'au printemps. En hiver, les virus trouvent les conditions idéales pour se multiplier. Par temps froid, les personnes cherchent naturellement la chaleur à l'intérieur. Ces endroits confinés représentent une aubaine pour le virus, passant d'une personne à l'autre grâce aux microgouttelettes d'un éternuement ou d’une quinte de toux. Frissons, maux de tête, fièvre, courbatures... Ces symptômes sont typiques d'un début d'état grippal. Il est temps de prendre soin de soi en restant au chaud et au repos! Des remèdes naturels… qui marchent L’homéopathie apporte des solutions efficaces, dénuées d'effets secondaires et adaptées à toute la famille. Gelsenium (fièvre), Rhus toxicodendron (courbatures) ou Bryonia (toux) sont fréquemment utilisés. Seul ou en association, un médicament à base d’Anas barbariae (hepatis et cordis extractum) permet d'atténuer les symptômes et d’accélérer le processus de guérison. Ce dernier médicament peut également être pris en prévention, à raison d’une dose par semaine pendant toute la période d’exposition grippale. Il s’avère particulièrement utile en cas de contact avec une personne malade, p. ex. au sein de la famille ou dans le cadre du travail. Les personnes en bonne santé ne développent généralement pas de complications, mais si les symptômes persistent plus de trois jours, il est prudent de consulter son médecin.

  • Gros plan No | Edition no 83 2012
    Un analgésique utile en automédication

    Mal de tête, fièvre, grippe, douleurs dorsales ou menstruelles. . . Pour ces troubles du quotidien, un grand classique est le paracétamol. Grâce à sa bonne tolérance, son utilisation possible à tous âges et sa disponibilité aussi sans ordonnance, il est l’antalgique (antidouleurs) le plus vendu en Suisse. Pas étonnant que le premier choix contre les douleurs légères et modérées soit le paracétamol. Doté d’un effet antalgique et antipyrétique, cet actif offre l’avantage de ne pas fluidifier le sang et d’être bien toléré par la muqueuse gastrique. Il permet donc de soulager idéalement les douleurs pénibles mais bénignes, que nous connaissons tous un jour ou l’autre. Le paracétamol est commercialisé sous de nombreuses formes galéniques: du sirop au comprimé et au comprimé effervescent, en passant par le suppositoire ou le comprimé  orodispersible. Cette large palette permet de l’administrer dans la forme la plus adaptée, selon les besoins de chaque catégorie de patients, tels qu’enfants, femmes enceintes et allaitantes ou personnes âgées. Néanmoins, comme pour tous les médicaments, l’usage du paracétamol n’est pas tout à fait anodin. Le dosage indiqué, la posologie journalière maximale et un intervalle d’au moins 4 heures entre les prises doivent être impérativement respectés. D’autre part, diverses spécialités combinées contiennent du paracétamol (ex. antigrippe). Cela peut conduire à un surdosage si l’on utilise deux préparations simultanément. Si la douleur persiste plus de 3 jours, est vive ou que le médicament n’apporte pas de soulagement, la consultation médicale s’impose. 

  • Article No 3199 | Edition no 76 2011
    L'homéopathie: une approche de premier choix pour les tout-petits!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept