Article n° 3944 | Edition n° 88 | 2014

La vitamine C: de multiples talents

La vitamine C est l’un des antioxydants les plus importants, c’est-à-dire qu’elle a une action neutralisante sur les radicaux libres, ces molécules instables que l’on trouve naturellement dans notre corps.

La vitamine C est l’une des vitamines les plus importantes et son action est particulièrement bien connue.  Elle est impliquée dans de nombreux processus métaboliques vitaux. Une carence en vitamine C expose à de graves conséquences: le système immunitaire est affaibli et le risque de cancer augmente.

La vitamine C pour une longue vie

La vitamine C est importante pour le fonctionnement du système immunitaire, pour le développement des os, du tissu conjonctif et des dents, pour l’équilibre hormonal et des neurotransmetteurs, ainsi que pour l’absorption du fer, du calcium, de même que pour la protection des cellules. Elle est également essentielle pour une bonne cicatrisation des plaies. Il est vital de s’assurer un apport suffisant en vitamine C, car le corps humain ne peut ni la synthétiser ni la stocker. Heureusement, on trouve la vitamine C en grande quantité dans plusieurs fruits et légumes, comme les groseilles, l’argousier, le cynorrhodon, le kiwi, les agrumes, les poivrons et le chou.

Quand est-ce qu’un besoin accru en vitamine C se fait sentir?

Une déficience immunitaire, une plus grande sensibilité au stress et aux infections, de la fatigue, une peau rugueuse, des troubles de la cicatrisation, ainsi que des saignements gingivaux, sont autant de symptômes d’une carence. Un apport suffisant réduira alors la fatigue, rendra plus résistant au stress et normalisera le système immunitaire. Une alimentation déséquilibrée ou un régime amaigrissant génèrent un besoin accru en vitamine C. Il est également très important de veiller à un apport adapté pendant la grossesse et l’allaitement, lors de la pratique de sports d’endurance, si l’on souffre de maladies chroniques (notamment infectieuses), pour les personnes immunodéprimées, dépendantes de la fumée ou abusant d’alcool, ainsi que lors de périodes de convalescence ou particulièrement stressantes. En tant que complément alimentaire, le dosage quotidien de vitamine C indiqué est de 100 à 1000 mg, alors que la dose thérapeutique se situe entre 1 et 10 g par jour. Si l’on vise à éviter une infection, un gramme de vitamine C par jour est recommandé. Pour obtenir un dosage suffisant, les suppléments à haute teneur en vitamine C représentent la solution de choix.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Michaela Paepke-Raack

Articles similaires

  • Article No | Edition no 97
    Choyez votre intestin, il le mérite!

    «Fais du bien à ton corps, afin que ton âme ait envie d’y rester», dit un proverbe indien. Le faisons-nous vraiment? Permettez-moi d’en douter! Selon des estimations récentes, les Suisses mangent trop et pas vraiment de façon équilibrée: en moyenne plus de 40 kg de viande, 20 de fromage et 30 de sucreries par année. Un véritable défi pour notre intestin, dont le rôle dans l’entretien de notre santé a été clairement établi. Et il n’est guère étonnant que les troubles digestifs soient si fréquents! Le curcuma, une plante ancestrale Depuis l’Antiquité, les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon et de la Thaïlande utilisent le curcuma comme stimulant du foie, mais aussi comme remède contre l’acidité gastrique et d’autres troubles digestifs. L’Ayurvéda, traditionnelle médecine indienne, préconise, entre autres, l’usage de cette plante pour garder un intestin sain, ainsi que pour favoriser l’écoulement de la bile et la digestion des graisses. En Occident, le curcuma a été décrit pour la première fois par le médecin et botaniste Dioscoride, au 1er siècle, dans son ouvrage «De Materia medica». Les bactéries probiotiques Notre flore intestinale héberge 100 milliards de micro-organismes. Dans une flore saine, il s’agit essentiellement de bonnes bactéries (lactobacilles, bifidobactéries, etc.), à l’effet protecteur, dites probiotiques. Pour aintenir ce fragile écosystème en équilibre, rien de tel qu’une bonne hygiène alimentaire et de vie. Les amis des muqueuses Pour que l’intestin se porte bien, encore faut-il que ses muqueuses soient en bonne santé. La vitamine A exerce une action antiinflammatoire et cicatrisante sur toutes les muqueuses, notamment digestives, respiratoires et urinaires. La vitamine B8 ou biotine et l’acide aminé L-glutamine sont également nécessaires à l’intégrité des muqueuses digestives. Des anti-inflammatoires naturels Les acides gras oméga-3 EPA et DHA, d’origine animale ou végétale, exercent une remarquable action anti-inflammatoire autant sur la sphère digestive que sur les articulations. Dans les maladies inflammatoires de l’intestin, la résorption de l’oligo-élément molybdène est fortement diminuée. Un supplément de cette substance peut s’avérer bénéfique par ex. lors de côlon irritable. Les huiles essentielles de fenouil et de menthe ont fait leurs preuves dans les troubles digestifs les plus divers (lourdeurs, spasmes, ballonnements, inflammations). Ces grands classiques ne sont pas près d'à être remplacés!

  • Article No | Edition no 92 2015
    La vitamine des quatre saisons

    A juste titre, on fait appel à la vitamine C, immunostimulante, durant la mauvaise saison. Il serait toutefois erroné de l’identifier à celle-ci, car elle possède bien d’autres indications… non saisonnières! Protection contre les radicaux libres (action antioxydante) Ces molécules oxydantes, produites par notre corps ou provenant de l’environnement, accélèrent les processus dégénératifs, dont font partie le vieillissement prématuré, la cataracte, l’arthrose, l’artériosclérose, certaines maladies cardiaques, neurologiques et tant d’autres. Fatigue La vitamine C combat la fatigue en intervenant dans la synthèse de la carnitine, substance apparentée aux acides aminés, qui transforme les graisses en énergie. Production de collagène Le collagène est la substance fondamentale du tissu conjonctif, présent dans la peau, les vaisseaux sanguins, les muscles, les ligaments, les os, etc., auxquels la vitamine C confère élasticité, force et/ou solidité. La carence se manifeste par: saignements des gencives, mauvaise cicatrisation des plaies, fragilité capillaire, faiblesse ligamentaire et musculaire, etc. Allergies La vitamine C contrôle le taux d’histamine, médiateur de l’allergie, dans le sang et les tissus. Anémie ferriprive La vitamine C favorise l’assimilation du fer. Stress, déprime En intervenant dans la synthèse des hormones du stress (l’adrénaline et la noradrénaline), la vitamine C augmente la résistance au surmenage physique et psychique. Et il y a mieux: elle est impliquée dans la production de deux neuromédiateurs cérébraux, appelés «hormones de la bonne humeur»: la sérotonine et la noradrénaline. Désirez-vous en savoir davantage sur cette précieuse vitamine? Consultez notre site vitamag.ch et introduisez les mots clés «vitamines» dans notre moteur de recherche.

  • Dans l'air du temps No | Edition no 87 2013
    Un hiver réussi, tout naturellement

    Attendu avec impatience ou redouté, l’hiver finit toujours par arriver. Comment l’apprivoiser, ou, voire mieux, le réussir? Même si les fans de la glisse et des randonnées en raquettes s’en réjouissent, l’hiver, pour la plupart des mortels, représente une période difficile. Ne l’appelle-t-on pas, d’ailleurs, «mauvaise saison»? Soumis à des attaques virales dont les longues veillées en intérieur favorisent la prolifération, le système immunitaire doit être au top. En réalité, de nombreux facteurs se conjuguent pour le malmener. L’ensoleillement insuffisant appauvrit l’organisme en vitamine D, immunostimulante, ainsi qu’en endomorphines (les hormones du bonheur). Le froid affaiblit les muqueuses respiratoires, tributaires d’un apport convenable de vitamine A. Le stress, intense entre la rentrée et les fêtes de Noël, «consomme» des nutriments précieux pour l’immunité et/ou le moral, tels que, par exemple, les vitamines B et C, le magnésium, le zinc, les acides aminés, etc. Face à tous ces facteurs susceptibles de créer des carences, bien évidemment, l’alimentation doit être «équilibrée». Dès lors, comment réaliser ce précieux équilibre? Les légumes cuits, que nous préférons aux salades pendant la saison froide, ont une teneur réduite en substances nutritives. Tout comme les fruits et légumes importés de l’autre bout du monde… Mais, malheureusement, l’offre de produits indigènes est restreinte en cette période de l’année. Quant aux conserves, elles ne sont qu’un médiocre succédané des aliments frais. Aux effets néfastes de la cuisson, du stockage et de la conservation s’ajoute encore la pollution, qui rend les sols chroniquement déficitaires. Compenser pour équilibrer La solution est disponible chez le pharmacien et le droguiste, sous forme d’un cocktail judicieux de vitamines, minéraux et acides aminés. L’ajout de ginseng, une plante ancestrale aux vertus éprouvées, est bienvenue en cas de fatigue, baisse de l’humeur et difficultés de concentration.

L'article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept