Article n° 3505 | Edition n° 84 | 2013

La toux, inutile ou bénéfique?

Il existe des mucolytiques phytothérapiques et synthétiques. Ces derniers sont plus puissants.

Réflexe gênant et inutile ou mal nécessaire, à supprimer ou à faciliter, la toux fait partie des compagnons indésirables de la mauvaise saison. Elle peut, par ailleurs, survenir en toute période de l’année.

On peut définir la toux comme une contraction spasmodique et répétitive des voies respiratoires; elle permet de chasser les mucosités et les corps étrangers (agents pathogènes, allergènes, poussières, etc.), qui peuvent s’y trouver.
On distingue généralement deux types de toux. La toux sèche, également appelée  irritative ou non productive, est caractérisée par une inflammation et démangeaison de la muqueuse bronchique et par l’absence de mucosités. D’origine infectieuse (refroidissement), allergique (pollen, etc.), médicamenteuse (p. ex. certains antihypertenseurs) ou nerveuse (tic, stress), la toux sèche est fatigante, éprouvante,  parfois douloureuse… et totalement inutile. Il faut donc l’éliminer, pour le confort du malade et de son entourage. Les médicaments antitussifs (codéine et dérivés, antihistaminiques, etc.) nécessitant  toutefois quelques précautions d’emploi, l’avis du professionnel est vivement recommandé.
A l’opposé, la toux grasse ou productive, s’accompagne  d’un encombrement  des bronches, qui provoque des difficultés respiratoires. Agressée par l’agent pathogène, la muqueuse bronchique sécrète des mucosités épaisses, dans le but de «piéger» cet hôte indésirable et de l’éliminer. Ce type de toux est donc nécessaire et doit  être facilité. Tout d’abord, il faut veiller à avoir un abondant apport hydrique, sous forme d’eau et de tisanes à base de plantes médicinales (thym, plantain, réglisse, fenouil, etc.). Il existe également des médicaments mucolytiques, qui fluidifient les mucosités et en favorisent l’évacuation (expectoration). Parmi ceux-ci, citons l’acétylcystéine, qui possède, en outre, une action antioxydante et anti-inflammatoire.

Quelques mots sur la prévention

Il est possible, dans une certaine mesure, de prévenir la toux sèche en évitant le tabac, en aérant régulièrement l’appartement et en plaçant un humidificateur dans les pièces lorsque le chauffage est allumé. La toux grasse étant due le plus souvent à un refroidissement, on peut limiter les risques de l’attraper en renforçant l’immunité naturelle.

--------------------------------------------------------------------------------------

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept