Article n° 1111 | Edition n° 72 | 2010

La réputation de la vitamine E n'est pas surfaite!

De très nombreuses études réalisées au cours de ces trois dernières décennies, ayant le plus souvent comme objet la vitamine naturelle (l’alpha-tocophérol), ont prouvé ses multiples propriétés.

La vitamine E est une puissante arme contre les rhumatismes.

Protection cardiovasculaire

Dans ce domaine, la vitamine E déploie de multiples actions, à savoir:

  • lutte contre la formation de caillots, responsables de l’obstruction des artères et des veines;
  • hausse le taux de HDL-cholestérol (le «bon») et diminue celui de LDL-cholestérol (le «mauvais»);
  • lutte contre les radicaux libres qui provoquent une dégénérescence se traduisant, au niveau des artères, par le durcissement de leurs parois (artériosclérose);
  • dilate les coronaires, tout en diminuant les besoins en oxygène du cœur. Cela s’avère ­particulièrement bénéfique lors d’angine de poitrine.

Des études ont prouvé que la vitamine E possède, à fortes doses, une efficacité comparable à celle des antirhumatismaux classiques soumis à la prescription médicale (comme par ex. le diclofénac). L’action de cette vitamine est, dans ce cas aussi, liée à ses propriétés antioxydantes. Elle agit en neutralisant les radicaux libres qui détruisent les cellules et les articulations non protégées.

De par son action antioxydante, la vitamine E intervient dans la prévention de toute affection dégénérative: outre l’artériosclérose et l’arthrose, déjà citées, le vieillissement prématuré, la cataracte, la dégénérescence maculaire, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, etc.

Relevons également que cette vitamine aux mille vertus contribue au maintien en bon état de la peau, stimule le système immunitaire, lutte contre l’anémie, participe à la formation et aux fonctions des muscles, soulage le syndrome menstruel et les troubles de la ménopause, tout en précisant qu’une telle liste n’est pas exaustive!

L’apport moyen de la vitamine E par le biais de l’alimentation s’élève à 12 mg par jour. Or, elle possède une action préventive à raison de 100 mg et thérapeutique dès 400. D’où, une fois de plus, l’intérêt des suppléments!


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 94 2017
    Ménopause: réagir au lieu de subir

    S'il y a une période dans la vie de la femme qui «jouit» d’une sinistre réputation, c’est bien la ménopause. A juste titre, car elle peut être accompagnée par une foule de désagréments physiques et psychiques: bouffées de chaleur, transpiration excessive, douleurs articulaires, sécheresse vaginale, baisse de la libido, fatigue, déprime. Mais, contrairement à leurs grand-mères, qui subissaient la ménopause comme un mal inévitable, les femmes d’aujourd’hui disposent de nombreux moyens pour soulager ces symptômes.   Une femme sur quatre est épargnée par les troubles de la ménopause. Parmi les moins chanceuses, certaines en souffrent au point de devoir recourir à un traitement de substitution hormonale. Mais, dans la majorité des cas, des approches thérapeutiques douces apportent le soulagement souhaité.   La reine des plantes médicinales Gorgée des vertus les plus diverses, la sauge mérite le prix de l’excellence dans le traitement des troubles de la ménopause. Déjà utilisée dans l’Antiquité pour soulager différents troubles féminins, elle s’est avérée particulièrement efficace en cas de bouffées de chaleur et d’hypertranspiration. Son action se manifeste quelques jours, voire deux semaines après le début de la prise. La sauge peut être ingérée en infusion, en grande quantité, ou sous la forme plus pratique de comprimés ou de gouttes.   Et encore… La nutrithérapie propose l’acide gamma-linolénique (huile de bourrache ou d’onagre) et la vitamine E, qui soulagent aussi bien les bouffées de chaleur et l’irritation vaginale que la fatigue et l’humeur dépressive. En homéopathie, deux remèdes aux modalités très différentes, Lachesis et Sepia, rivalisent en efficacité et se profilent comme traitement de fond. Le premier convient aux femmes très excitées, nerveuses et hyperactives, le second, à celles qui souffrent de déprime et d’épuisement. En appoint, d’autres médicaments homéopathiques soulagent des symptômes très spécifiques: Glonoïnum (battements violents dans les artères du crâne et du cou), Sanguinaria (afflux de sang à la tête et à la poitrine avec joues brûlantes),Veratrum (sueurs froides abondantes), Sulfur (mains et pieds brûlants), etc.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Des nutriments bénéfiques pour les yeux

    La nutrithérapie joue un rôle primordial dans la prévention et/ou la thérapie des maladies oculaires. La photophobie (hypersensibilité à la lumière) avec larmoiement peut être rattachée à la carence en vitamine B2. Cette affection est parfois accompagnée par une sensation de sable dans les yeux. La photophobie avec sécheresse oculaire est, quant à elle, provoquée par le déficit en vitamine A. La carence sévère en cette vitamine  est la cause de la xérophtalmie, une maladie consistant en un assèchement de la conjonctive et de la cornée. La même carence est à l’origine de l’héméralopie, appelée également «cécité nocturne», qui se manifeste par la diminution de la vision en lumière basse (crépuscule, éclairage faible). Causes possibles de cécité Des troubles de la vision et l’irritation oculaire figurent parmi les premiers symptômes du diabète. En l’absence d’un traitement adéquat, ces troubles peuvent évoluer vers des lésions graves, voire irréversibles, de la rétine. La rétinopathie diabétique constitue la première cause de cécité dans les pays occidentaux. La cataracte est l’opacification partielle ou totale du cristallin, responsable d’une baisse progressive de la vision. La cataracte du sujet âgé pouvant être assimilée au vieillissement du cristallin, donc à une maladie de dégénérescence oxydative, sa prévention repose sur un apport optimal de substances antioxydantes: la vitamine A, le bêta-carotène, la lutéine, les vitamines C et E, le zinc, le sélénium, le coenzyme Q10, etc. Les mêmes mesures sont valables en cas de dégénérescence maculaire, pathologie caractérisée par une atteinte d’une zone rétinienne, la macula. Elle représente l’une des causes principales de cécité après 50 ans. Enfin, le glaucome se caractérise par une élévation de la pression intraoculaire avec atteinte du nerf optique, pouvant également aboutir à la cécité. Une consommation abusive de caféine favorise l’apparition et l’évolution de cette affection oculaire.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Soulager le psoriasis, c’est possible!

    Plaques rouges, squames blanches, démangeaisons douloureuses, plaies pouvant atteindre plus de 10% du corps… Le psoriasis représente une véritable épreuve pour les personnes qui en sont atteintes. Cette dermatose chronique, qui touche 2% de la population mondiale, se manifeste par un renouvellement très rapide de l’épiderme (en 4 à 6 jours, au lieu des 4 semaines habituelles) et une desquamation importante. Dans sa forme bénigne, le psoriasis se limite au cuir chevelu, aux ongles, aux genoux et aux coudes. Dans les cas graves, il s’étend et peut gagner la totalité du corps. Bien que, dans près de 30% des malades, on puisse retrouver une prédisposition familiale, les causes du psoriasis demeurent inconnues. Cette affection dermatologique évolue par poussées, déclenchées p. ex. par le stress ou une infection, mais elle peut aussi connaître des rémissions de durée très variable. Certains médicaments, comme les bêta-bloquants, exacerbent parfois le psoriasis. Au contraire, l’exposition solaire modérée joue un rôle protecteur. A ce jour, aucun traitement permettant de guérir du psoriasis n’est connu; il est toutefois possible d’en soulager les symptômes. Par voie interne, la vitamine D peut s’avérer bénéfique, tout comme des doses élevées de vitamine A, sur prescription médicale. Les traitements locaux, quant à eux, font appel à l’application de crèmes à base de corticoïdes (en cas de poussées) ou de dérivés de la vitamine D, ainsi qu’à des séances de photothérapie. Le rôle des graisses Dans la peau des personnes atteintes de psoriasis, le métabolisme des acides gras essentiels est perturbé. Ainsi, l’apport régulier d’oméga-6 (huile de germe de blé, carthame ou tournesol) et d’oméga-3 (huile de lin, noix ou soja) peut s’avérer bénéfique, tout comme la prise de suppléments d’huiles de poisson ou de krill et de bourrache ou d’onagre, en association avec 100 mg de vitamine E. En revanche, l’excès de graisses saturées (beurre, viandes et fromages gras) est à proscrire, tout comme la consommation abusive d’alcool. Enfin, les oligo-éléments comme le sélénium et le zinc sont en mesure de soulager l’inflammation et les démangeaisons. Ils agissent aussi bien par voie interne (suppléments), qu’externe (pommades).

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept