Article n° 4286 | Edition n° 92 | 2015

La neige, le ski, le soleil... mais sans la grippe!

Avec la régularité d'une horloge, il y a des maladies qui se rappellent à nos (mauvais) souvenirs. C'est le cas de la grippe dont l'apogée se situe au coeur de l'hiver.

L'épidémie de grippe se manifeste, sous nos latitudes, dès les dernières semaines de l’année et peut sévir jusqu'au printemps. En hiver, les virus trouvent les conditions idéales pour se multiplier. Par temps froid, les personnes cherchent naturellement la chaleur à l'intérieur. Ces endroits confinés représentent une aubaine pour le virus, passant d'une personne à l'autre grâce aux microgouttelettes d'un éternuement ou d’une quinte de toux.

Frissons, maux de tête, fièvre, courbatures... Ces symptômes sont typiques d'un début d'état grippal. Il est temps de prendre soin de soi en restant au chaud et au repos!

Des remèdes naturels… qui marchent

L’homéopathie apporte des solutions efficaces, dénuées d'effets secondaires et adaptées à toute la famille. Gelsenium (fièvre), Rhus toxicodendron (courbatures) ou Bryonia (toux) sont fréquemment utilisés.

Seul ou en association, un médicament à base d’Anas barbariae (hepatis et cordis extractum) permet d'atténuer les symptômes et d’accélérer le processus de guérison. Ce dernier médicament peut également être pris en prévention, à raison d’une dose par semaine pendant toute la période d’exposition grippale.

Il s’avère particulièrement utile en cas de contact avec une personne malade, p. ex. au sein de la famille ou dans le cadre du travail. Les personnes en bonne santé ne développent généralement pas de complications, mais si les symptômes persistent plus de trois jours, il est prudent de consulter son médecin.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Didier Bettens

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Réponse douce à agression brutale

    Puisque le Myxovirus influenzae présente une forte affinité pour les muqueuses respiratoires, sa prise de possession de l’organisme s’accompagne le plus souvent de rhume, pharyngite et/ou toux. D’où le risque de l’assimiler à un banal refroidissement, provoqué par un rhinovirus bien plus bénin. Une erreur à éviter. La «vraie» grippe est caractérisée par l’apparition brutale de symptômes typiques, tels que fièvre élevée, douleurs musculaires, prostration et céphalée. Epuisante pour les sujets en bonne santé, elle représente un réel danger pour les personnes âgées, immunodéprimées ou présentant des pathologies chroniques cardiorespiratoires. Redoutable également pour son haut degré de contagiosité, le Myxovirus influenzae se transmet par contact direct (baiser, poignée de main), indirect (objets souillés par le malade) ou respiratoire à courte distance (éternuement, toux). Durant la mauvaise saison, les séjours prolongés dans des locaux fermés (bureaux, bus, crèches, écoles, etc.) favorisent la transmission interhumaine. Prévenir et soulager La prévention de la grippe repose sur: • le renforcement des défenses naturelles (alimentation équilibrée, sommeil en suffisance, activité physique régulière en plein air, suppléments de vitamines et/ou oligoéléments, échinacée, etc.); • certaines règles d’hygiène (se laver fréquemment les mains, désinfecter les poignées de porte, les téléphones, etc.); • la vaccination pour les sujets à risque; • le recours à une préparation homéopathique, à raison d’une dose hebdomadaire d’octobre à avril. En cas de maladie déclarée, la thérapie consiste à soulager les différents symptômes par des médicaments spécifiques, des préparations composées ou le produit homéopathique susmentionné. Tous les membres de la famille pourront bénéficier de ce dernier, dont l’efficacité et l’excellente tolérance s’avèrent depuis de nombreuses décennies, aussi bien à titre préventif que thérapeutique.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Un système immunitaire à toute épreuve

    Entre la personne qui traverse les épidémies de grippe sans fléchir et celle qui passe d’un refroidissement à l’autre sans discontinuer, la différence se résume en quelques mots: l’état du système immunitaire. Alimentation déséquilibrée, acidose, sédentarité, pensées négatives, flore intestinale perturbée: autant de facteurs qui affaiblissent le système immunitaire. Comment doper le système immunitaire • Adopter une alimentation saine et équilibrée, riche en légumes, fruits, aliments protéiniques maigres, céréales et produits céréaliers complets. • En cas d’acidité tissulaire excessive, privilégier les aliments générateurs de base: les légumes, les fruits, la pomme de terre, le lait, le yogourt, le soja, l’huile d’olive, l’amande. • Pratiquer une activité physique régulière en plein air. • Combattre le stress, adopter une attitude positive, rire de bon coeur. • Assainir au besoin la flore intestinale, dans laquelle se trouvent 80% des cellules responsables de l’immunité. Aller plus loin En cas d’alimentation déséquilibrée et carencée, un complexe multivitaminé et multiminéral fera très bien l’affaire. Lors d’acidose chronique, décelée par la mesure du ph urinaire, un complément alcalinisant permet d’atteindre rapidement l’équilibre. En présence d’une altération de la flore intestinale, le recours à une préparation probiotique s’avère bénéfique. Heureusement pour notre système immunitaire, les substances qui augmentent les défenses naturelles sont légion, à savoir: • l’échinacée (Echinacea purpurea), pourvue d’une action préventive et curative, notamment lors d’infections respiratoires et grippe; • la levure végétale plasmolysée, source d’une foule de vitamines, minéraux, oligoéléments et acides aminés; • la célébrissime vitamine C; • l’oligo-élément zinc; • les acides aminés. Cette liste, qui n’est de loin pas exhaustive, permet de prendre conscience de l’ampleur des mesures immunostimulantes. Il est donc aisé de comprendre qu’une prédisposition aux refroidissements et aux maladies infectieuses n’est jamais une fatalité. Mais un système immunitaire fort, ça se mérite!

  • Article No | Edition no 92 2015
    En toute saison, la fatigue n’est pas une fatalité!

    Dès début mars, les journées progressivement plus longues et des températures plus douces nous font ressentir un avant-goût de printemps. Mais attention: l’hiver n’a probablement pas dit son dernier mot. En mars et même en avril, prendre soin de son système immunitaire est toujours d’actualité. Une dernière épidémie de grippe n’est pas exclue, et des méchants rhinovirus guettent encore les sujets affaiblis. En outre, les changements saisonniers, qui font pourtant le charme de notre climat, mettent notre organisme à rude épreuve. A peine sorti de l’hiver, notre corps, encore fragilisé par l’ensoleillement insuffisant, les températures rigoureuses et le moral en berne, doit déjà faire face aux désagréments printaniers, la fatigue notamment. La fatigue peut survenir à tout moment Alimentation déséquilibrée, mauvaise hygiène de vie (sédentarité, sommeil insuffisant, fumée, etc.), stress: en toute saison, un état de fatigue peut nous affaiblir physiquement et nous saper le moral. Même la pollution, responsable de surcharges chroniques en métaux toxiques, et la prise à long terme de médicaments sont des causes possibles de fatigue et fatigabilité, voire d’épuisement. Comment réagir? Si la vitamine C mérite amplement sa réputation de vitamine antifatigue, d’autres nutriments ne sont pas en reste: les vitamines B notamment, ainsi que, dans une moindre mesure, la D et la E. Le calcium et le magnésium, quant à eux, balaient la fatigue nerveuse, alors que le fer, le cuivre et le molybdène jugulent l’asthénie liée à un faible taux de globules rouges et de ferritine. La plupart des acides aminés et la coenzyme Q10 sont aussi hautement énergétiques. La phytothérapie propose également une palette d’outils antifatigue: au premier rang, citons le ginseng, connu et apprécié depuis des millénaires. Un organisme dont les besoins nutritionnels sont couverts est sain, fort et performant. Une préparation à base de vitamines et minéraux, idéalement enrichie en acides aminés et ginseng, met à l’abri des redoutables carences nutritionnelles, source de fatigue et de problèmes divers.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept