Article n° 3260 | Edition n° 83 | 2012

La levure: une source de bienfaits

Les levures sont des champignons microscopiques dont les vertus varient en fonction des espèces et de leur milieu de culture.

«La levure, c’est bon pour le boulanger ou le brasseur!» Même si les clichés ont la vie dure, les esprits s’ouvrent peu à peu et l’avènement des probiotiques y est certainement pour beaucoup. De la connaissance à l’utilisation large de ces micro-organismes, le chemin a été long, mais a levé le voile sur les multiples propriétés de ces discrets champignons.

Il existe des champignons de toutes les tailles et de toutes les formes. Parmi les espèces microscopiques non pathogènes, des centaines de levures différentes ont été recensées en fonction du substrat sur lequel elles se développent. L’une d’entre elles a beaucoup été étudiée: Saccharomyces cerevisae var. boulardii.
Découverte depuis près d’un siècle, elle a fait de son tropisme (localisation) intestinal une arme efficace contre certaines affections digestives. Sa capacité à produire des substances «antitoxines» ou à capter des micro-organismes pathogènes, la rend en effet très utile dans certaines diarrhées.

La levure, complément alimentaire idéal?

L’intérêt thérapeutique semble donc établi pour certaines levures, mais qu’en est-il de l’intérêt nutritionnel des autres? Lorsque l’on a découvert que les levures étaient constituées pour moitié de protéines, elles sont rapidement devenues d’évidents compléments alimentaires. Vitamines du groupe B, lécithine, minéraux  et oligo-éléments complètent une composition très intéressante. Or, sachant que, statistiquement, notre alimentation ne couvre qu’environ 75 % des apports journaliers recommandés, les levures représentent une ressource naturelle et facile à mettre en œuvre. Sous forme de cures, notamment durant les périodes critiques (affections hivernales, examens), elles pourraient être également utilisées tout au long de l’année en adaptant la posologie. Des apports nutritionnels rééquilibrés conditionnent évidemment une meilleure forme et des défenses plus performantes.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Dr. Stéphane Hoën

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Quand le nez saigne…

    Généralement bénins, les saignements du nez ne doivent toutefois pas être pris à la légère. La consultation s’impose en cas de saignements fréquents, prolongés ou consécutifs à un traumatisme crânien. Le nez est porté à saigner, car il comporte de nombreux vaisseaux dont la fonction est de réchauffer et d’humidifier l’air respiré.Ces vaisseaux sont à fleur de peau et, par conséquent, plus fragiles. On distingue les saignements du nez (ou «épistaxis») de cause locale, générale, médicamenteuse ou d’origine traumatique. Parmi les causes locales, figurent la sécheresse ou l’inflammation de la muqueuse nasale (en cas par exemple de rhume ou allergie), ainsi que des dommages directs de celle-ci (lorsque l’on se mouche trop fort ou l’on se gratte l’intérieur du nez). En hiver, évitez de surchauffer votre intérieur et, si possible, utilisez un humidificateur. En cas de rhinite, ne vous mouchez pas trop violemment et utilisez un topique* nasal (gouttes, spray ou gel) contenant une substance hydratante et régénératrice, telle que par exemple le dexpanthénol. En ce qui concerne les causes générales, citons notamment les maladies sanguines, les troubles de la coagulation, l’hypertension artérielle et le diabète sucré, ainsi que des déficits nutritionnels (en vitamines C ou K). Antibiotiques et vitamine K Au premier rang des causes médicamenteuses, se trouvent les anticoagulants, qui agissent en fluidifiant le sang. A ceux-ci s’ajoutent les contraceptifs oraux, l’aspirine, la cortisone et ses dérivés, qui augmentent les besoins en vitamine C, ainsi que les antibiotiques, qui, en altérant la flore intestinale, entraînent une diminution de la synthèse de la vitamine K. En cas d’antibiothérapie, protégez la flore bactérienne intestinale à l’aide d’une levure médicinale ou d’un probiotique. * Topique: tout médicament d’application externe qui agit localement.

Point fort
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept