Article n° 3858 | Edition n° 86 | 2013

La cannaberge, alliée de notre vessie

Les cystites présentent une fâcheuse tendance à la récidive.

J’ai entendu dire que la cannaberge peut aider les vessies à problèmes. Qu’en t-il au juste?

La cannaberge, dont le nom latin est Vaccinium macrocarpon, est une plante, également connue sous les appellations de «grande airelle rouge d’Amérique du Nord» ou «cranberry». Pour la petite anecdote, le terme cranberry, anciennement crane-berry (baie de grue), est dû au fait que les fleurs de la plante ressemblent à une tête de grue!
Les fruits de la cannaberge ou cranberry sont riches en vitamine C, immunostimulante, en flavonoïdes, antioxydants permettant de neutraliser les radicaux libres de l’organisme, ainsi qu’en proanthocyanidines. Ces dernières substances peuvent empêcher certaines bactéries Escherichia coli (colibacilles),  responsables des cystites, d’adhérer à la vessie. Privées d’un point d’encrage, nécessaire pour déployer leurs actions, ces bactéries sont alors éliminées avec l’urine. De récentes études cliniques ont, d’ailleurs, prouvé l’efficacité de certaines préparations à base de Vaccinium macrocarpon  dans la prévention des cystites récurrentes.
Bien évidemment, d’autres mesures s’avèrent nécessaires pour l’entretien en bonne santé de la vessie et des voies urinaires.

De l’eau, de l’eau et encore de l’eau…

Un abondant apport hydrique est incontournable pour nettoyer les voies urinaires et éliminer d’éventuels hôtes (très!) indésirables. Des tisanes médicinales, diurétiques et antiseptiques, telles que par exemple le bouleau, l’ortie ou le raisin d’ours, seront les bienvenues. La vessie sera vidée régulièrement et, impérativement, avant et après chaque rapport sexuel. Puisque, comme nous l’avons vu, les bactéries responsables des cystites sont le plus souvent des colibacilles, naturellement présents dans l’intestin, la femme veillera, lors de passage aux toilettes, à se laver d’avant en arrière.
Last but not least, une bonne hygiène alimentaire et de vie permettra de maintenir en éveil le système immunitaire. Chaque personne (une femme, dans la grande majorité des cas) ayant souffert d’une cystite – caractérisée par un besoin impérieux et fréquent d’uriner, des brûlures et des douleurs à la miction – n’a pas vraiment envie de renouveler l’expérience. A bon entendeur…

------------------------------------------

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept