Article n° 4317 | Edition n° 92 | 2015

J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien…

«Lors de troubles de mémoire chez l’adulte en bonne santé, je recommande volontiers le ginkgo, qui stimule la microcirculation cérébrale», indique la pharmacienne Virginie Obrist.

Là, c’est à vous de jouer et de montrer que votre mémoire est bonne! Ces paroles… mais oui, c’est le début d’une «vieille» chanson, interprétée par Jeanne Moreau. Si vous n’avez pas trouvé, c’est peut-être que vous êtes simplement trop jeune. Ou alors que votre mémoire vous joue des tours. Que faire dans ce cas?

Un ou deux oublis et quelques trous de mémoire, c’est normal mais… ça inquiète! Si ces symptômes se répètent et/ou s’aggravent et en particulier si les troubles mnésiques concernent des événements récents, il peut valoir la peine de consulter.

Heureusement, dans la majorité des cas, il ne s’agit pas de pathologie grave ou de démence. Il existe d’innombrables causes possibles à des pertes de mémoire! Virginie Obrist, pharmacienne, confirme que «chez l’adulte en bonne santé, il ne faut pas s’inquiéter exagérément. Dans un premier temps, je recommande volontiers un produit à base de plantes comme le ginkgo, qui stimule la microcirculation cérébrale».

Le ginkgo s’est en effet avéré efficace pour atténuer certains phénomènes néfastes pour le cerveau comme l’oxygénation insuffisante et améliorer les processus de mémorisation. Il faut veiller également à une alimentation saine et équilibrée. Virginie Obrist signale que «certaines substances présentes dans notre alimentation jouent un rôle déterminant dans les processus cérébraux. Il s’agit, par exemple, des acides gras oméga-3 et de certains minéraux et oligo-éléments». Si les troubles de la mémoire sont plutôt liés à un surmenage ou à des sollicitations excessives, des compléments alimentaires agissant de façon ciblée sur le système nerveux peuvent aider. La pharmacienne propose, par exemple, des produits à base de vitamines B.

Interactions sociales et entraînement cérébral

Face à des déficits intellectuels et des troubles de la mémoire, l’autre aspect essentiel à prendre en compte est celui de l’utilisation même du cerveau et son entraînement. En garantissant suffisamment d’interactions sociales et en veillant à un entraînement régulier, on pourra garder très longtemps l’esprit alerte et la mémoire vive!


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Isabelle Hulmann

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Les oméga-3, pas seulement pour nos artères!

    Hypolipidémiants, hypotenseurs et anticoagulants, les acides gras oméga-3 méritent largement leur réputation de pilier de la santé cardiovasculaire. Ils remplissent toutefois d’autres nombreuses fonctions de grande importance. Faisons le point. Arthrite: anti-inflammatoires, les oméga-3 soulagent les douleurs articulaires tout en améliorant la mobilité. Asthme: leur effet anti-inflammatoire se manifeste également au niveau des voies respiratoires. Migraines: ces acides gras polyinsaturés peuvent baisser l’intensité et la fréquence des crises migraineuses. Soins de la peau, eczéma, psoriasis: les oméga-3 améliorent l’état des peaux sèches ou desséchées et vieillies prématurément, eczémateuses ou rouges et squameuses (psoriasis). Soins des cheveux: les cheveux secs et cassants tirent bénéfice d’un apport adéquat d’oméga-3. Déprime: les oméga-3 soutiennent le moral et stabilisent l’humeur. Leur carence n’est pas rare dans les états dépressifs. Difficultés de concentration, baisse de mémoire: très concentrés dans le cerveau sous forme de phospholipides, les oméga-3 sont impliqués dans les processus d’apprentissage, concentration et mémorisation. Alimentation et suppléments Seuls l’EPA et le DHA, les oméga-3 à longue chaîne présents uniquement dans le poisson, possèdent les propriétés susmentionnées. Notre corps peut les fabriquer à partir des oméga-3 des huiles (noix, lin, soja), mais en quantité insuffisante. Les poissons gras (saumon, thon, etc.) et migras (sardine, maquereau, etc.) sont forcément les plus riches en acides gras oméga-3. Pour couvrir nos besoins, il faut compter deux à trois portions de poisson de mer par semaine. Le cas échéant, les huiles de poisson, en capsules, s’avèrent nécessaires.

  • Un peu d'histoire No 3203 | Edition no 76 2011
    La perte du «moi» ? L?histoire d?Aloïs Alzheimer et de la maladie qui porte son nom

  • Article No 2732 | Edition no 69 2009
    Une bonne mémoire, pas seulement pour les éléphants

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept