Article n° 4982 | Edition n° 98 | 2019

Il suffit d’un instant d’inattention…

Il existe un tissugel associant l’antiinflammatoire diclofénac à l’héparine, indiqué lors d’hématome et d’oedème, très fréquents lors de blessures accidentelles.

Parmi les plus de 200 formes de rhumatismes que l’on recense, les plus fréquentes (55%) sont les ab- ou périarticulaires, qui concernent les parties molles entourant les articulations (muscles, tendons, ligaments). Elles sont les plus touchées par les blessures sportives et accidentelles (entorses, contusions, claquages musculaires, etc.).

Miser sur la prévention

Les sportifs chevronnés pèchent parfois par excès de confiance et font l’impasse sur l’échauffement et le stretching.
Les sportifs du dimanche, quant à eux, notamment les randonneurs, se laissent parfois distraire par la beauté du paysage en éloignant le regard des aspérités du sol… qu’ils finissent par rejoindre!
Bien s’hydrater, s’alimenter correctement, se munir d’un matériel adéquat et de bonne qualité représentent des mesures préventives dont l’efficacité n’est pas négligeable.

Et si malgré tout l’accident se produit…

Dans les meilleurs délais, il faut stopper l’activité, surélever le membre blessé, appliquer un bandage de soutien légèrement compressif et de la glace.
L’étape suivante consiste à appliquer et à ingérer un médicament antalgique/ anti-inflammatoire (ibuprofène, diclofénac).
Les mêmes substances peuvent, en effet, être employées par voie externe (pommade, gel à l’effet refroidissant, tissugel) et interne, leur synergie donne les meilleurs résultats. Les tissugels ou plasters à base de diclofénac sont flexibles et autoadhésifs. Ils présentent l’avantage de libérer progressivement le principe actif et d’avoir ainsi une action nettement plus durable.
Une application quotidienne suffit. En outre, ils permettent d’éviter les désagréments du contact direct de la glace avec la peau (brûlure, picotements).
Il existe également un tissugel associant le diclofénac à l’héparine, indiqué lors d’hématome et d’oedème (très fréquents lors de blessures accidentelles!), dont il accélère la guérison. Il agit rapidement et en profondeur tout en permettant de renoncer au massage, contre-indiqué dans ces cas.
Le traitement dépend de la gravité des symptômes; il ne devrait toutefois pas dépasser les 10 jours.

Vous trouverez davantage d’informations sur:
www.blessuressportives.ch


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Le sport, une occupation à risque?

    La pratique sportive est, quel que soit son niveau, une sollicitation exagérée de notre structure motrice. A ce titre, il est aisé de comprendre qu’elle implique fatalement un risque de lésions. La modularité de l’exercice physique de faible à intense sous-entend des blessures potentielles et des soins différents. Quelles blessures? Les atteintes musculaires, aussi nombreuses que graduelles, vont de la simple crampe à la déchirure. Si la crampe ou la courbature sont désagréables, elles sont tout à fait bénignes, contrairement à l’élongation, synonyme d’allongement excessif du muscle, qui peut aller jusqu’au claquage, voire à la déchirure. Ces traumatismes générés par un effort violent sont évidemment plus graves et nécessitent souvent une consultation médicale tout comme les pathologies ostéoligamentaires (entorses, tendinites, luxations et fractures). Quelles solutions? Crampes et courbatures ne nécessitent pas réellement d’intervention thérapeutique; échauffement, hydratation et étirements doivent suffire à prévenir ces désagréments. En revanche, les élongations impliquent un arrêt immédiat de l’activité, une applicationde glace, ainsi qu’une contention du muscle avec un bandage élastique. Les pathologies à forte composante inflammatoire comme les tendinites ou les entorses peuvent, en outre, requérir l’application locale d’un anti-inflammatoire de type ibuprofène ou diclofénac, notamment sous forme de patch ou tissugel, qui assure une diffusion continue du principe actif sur le site douloureux sans effets secondaires gastrointestinaux. Une rééducation chez un physiothérapeute ou un ostéopathe assurera une guérison complète éloignant ainsi les risques de récidive.

  • Article No 2977 | Edition no 72 2010
    Bouger en toute sécurité

  • Article No 3352 | Edition no 10 1997
    Ces fractures «de fatigue»

Article
Flector Plus
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept