Article n° 4033 | Edition n° 3 | 2014

Huile de krill

L’huile de krill tire son efficacité de la très bonne assimilation  de ses micronutriments et sa production respecte la biodiversité des océans.

L’huile de krill: pour se faire du bien et respecter l’environnement

Il existe des compléments alimentaires riches en «bonnes» graisses, de haute qualité et facilement assimilables. C’est le cas de l’huile tirée du krill: de très petits crustacés extrêmement abondants dans les eaux de l’Antarctique, les plus propres de la planète. Explorons la composition de ces préparations et les avantages qu’elles offrent.

L’huile de krill regorge d’acides gras oméga-3, dont l’importance a été démontrée pour le développement du cerveau, pour la vision, l’humeur, le taux de lipides sanguins, de même que pour le bien-être cardiovasculaire. L’huile de krill contient aussi des acides gras oméga-6 et oméga-9, également pourvus de propriétés bénéfiques. A l’inverse, les acides gras saturés, ingérés en excès, ont des effets néfastes sur la santé (en augmentant, notamment, le taux de cholestérol dans le sang). Dans notre alimentation «moderne», le ratio oméga-3/graisses saturés est largement déficient.
Les compléments alimentaires à base d’huile de krill se révèlent ainsi particulièrement utiles dans la mesure où les sources principales d’omégas-3 (poissons gras, algues, noix, etc.) sont trop souvent négligées.

Une composition intéressante

En plus des acides gras, l’huile de krill renferme des phospholipides, substances très concentrées dans le cerveau, dont ils assurent le bon fonctionnement. Une autre particularité réside dans la présence d’astaxanthine, le pigment qui donne une couleur rose aux crevettes. L’astaxanthine exerce une forte action antioxydante en agissant comme capteur des radicaux libres, responsables notamment du vieillissement de nos cellules.

Disponible en capsules inodores, l’huile de krill existe aussi sous une forme enrichie en vitamine D, qui est essentielle à la formation et au maintien d’une ossature saine, en particulier chez l’enfant et la personne âgée.

Ajoutons encore que ces préparations respectent l’environnement, puisqu’elles ne contribuent pas aux problématiques de la surpêche ou de l’élevage intensif, le krill figurant parmi les espèces animales les plus abondantes de la planète.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Nicolas Pauchard

Articles similaires

  • Article No | Edition no 94 2017
    Végétarisme: pourquoi les oméga-3 végétaux ne suffisent-ils pas?

    Le végétarisme et même le véganisme, qui préconise la suppression totale des produits d’origine animale, ont la cote. Néanmoins, les adeptes de ces pratiques alimentaires doivent être en possession de solides connaissances nutritionnelles pour échapper aux carences.   Les oméga-3: trop de vertus pour s’en priver Il a été clairement établi que les oméga-3: • abaissent la pression artérielle et les graisses hématiques, fluidifient le sang, • exercent une action anti-inflammatoire sur les articulations et les voies respiratoires, • combattent les allergies, • améliorent l’humeur et les facultés cognitives, • etc. Relevons toutefois que cette longue liste de bienfaits ne concerne que l’EPA et le DHA, présents en grande quantité dans la chair des poissons gras ou mi-gras (maquereau, sardine, hareng, anguille, thon, saumon, etc.).   Une synthèse insuffisante L’EPA et le DHA ne sont pas essentiels*, car, théoriquement, notre corps peut les fabriquer à partir de l’acide alpha-linolénique. On retrouve ce dernier dans les huiles de lin, colza, soja, ainsi que, plus récentes dans nos assiettes, dans les graines de chia. Une telle synthèse nécessite toutefois une longue et complexe série de réactions que plusieurs facteurs contrecarrent: le vieillissement, l’excès de mauvaises graisses, de sucre et/ou d’alcool, la carence en magnésium et/ou en zinc, les infections virales, le diabète, la déficience hépatique, les traitements par corticoïdes. Conclusion: seule une quantité négligeable d’EPA et de DHA est fabriquée par l’organisme. En outre, seule une consommation de 2 à 3 portions hebdomadaires de poisson gras ou mi-gras permet un apport correct de ces précieuses substances. L’alternative judicieuse qui met à l’abri de la carence? La prise d’huile de poisson en capsules. *On définit essentiel un micronutriment qui doit être impérativement fourni par l’alimentation, le corps n’étant pas en mesure de le synthétiser.

  • Article No | Edition no 93 2016
    Les oméga-3, pas seulement pour nos artères!

    Hypolipidémiants, hypotenseurs et anticoagulants, les acides gras oméga-3 méritent largement leur réputation de pilier de la santé cardiovasculaire. Ils remplissent toutefois d’autres nombreuses fonctions de grande importance. Faisons le point. Arthrite: anti-inflammatoires, les oméga-3 soulagent les douleurs articulaires tout en améliorant la mobilité. Asthme: leur effet anti-inflammatoire se manifeste également au niveau des voies respiratoires. Migraines: ces acides gras polyinsaturés peuvent baisser l’intensité et la fréquence des crises migraineuses. Soins de la peau, eczéma, psoriasis: les oméga-3 améliorent l’état des peaux sèches ou desséchées et vieillies prématurément, eczémateuses ou rouges et squameuses (psoriasis). Soins des cheveux: les cheveux secs et cassants tirent bénéfice d’un apport adéquat d’oméga-3. Déprime: les oméga-3 soutiennent le moral et stabilisent l’humeur. Leur carence n’est pas rare dans les états dépressifs. Difficultés de concentration, baisse de mémoire: très concentrés dans le cerveau sous forme de phospholipides, les oméga-3 sont impliqués dans les processus d’apprentissage, concentration et mémorisation. Alimentation et suppléments Seuls l’EPA et le DHA, les oméga-3 à longue chaîne présents uniquement dans le poisson, possèdent les propriétés susmentionnées. Notre corps peut les fabriquer à partir des oméga-3 des huiles (noix, lin, soja), mais en quantité insuffisante. Les poissons gras (saumon, thon, etc.) et migras (sardine, maquereau, etc.) sont forcément les plus riches en acides gras oméga-3. Pour couvrir nos besoins, il faut compter deux à trois portions de poisson de mer par semaine. Le cas échéant, les huiles de poisson, en capsules, s’avèrent nécessaires.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Soulager le psoriasis, c’est possible!

    Plaques rouges, squames blanches, démangeaisons douloureuses, plaies pouvant atteindre plus de 10% du corps… Le psoriasis représente une véritable épreuve pour les personnes qui en sont atteintes. Cette dermatose chronique, qui touche 2% de la population mondiale, se manifeste par un renouvellement très rapide de l’épiderme (en 4 à 6 jours, au lieu des 4 semaines habituelles) et une desquamation importante. Dans sa forme bénigne, le psoriasis se limite au cuir chevelu, aux ongles, aux genoux et aux coudes. Dans les cas graves, il s’étend et peut gagner la totalité du corps. Bien que, dans près de 30% des malades, on puisse retrouver une prédisposition familiale, les causes du psoriasis demeurent inconnues. Cette affection dermatologique évolue par poussées, déclenchées p. ex. par le stress ou une infection, mais elle peut aussi connaître des rémissions de durée très variable. Certains médicaments, comme les bêta-bloquants, exacerbent parfois le psoriasis. Au contraire, l’exposition solaire modérée joue un rôle protecteur. A ce jour, aucun traitement permettant de guérir du psoriasis n’est connu; il est toutefois possible d’en soulager les symptômes. Par voie interne, la vitamine D peut s’avérer bénéfique, tout comme des doses élevées de vitamine A, sur prescription médicale. Les traitements locaux, quant à eux, font appel à l’application de crèmes à base de corticoïdes (en cas de poussées) ou de dérivés de la vitamine D, ainsi qu’à des séances de photothérapie. Le rôle des graisses Dans la peau des personnes atteintes de psoriasis, le métabolisme des acides gras essentiels est perturbé. Ainsi, l’apport régulier d’oméga-6 (huile de germe de blé, carthame ou tournesol) et d’oméga-3 (huile de lin, noix ou soja) peut s’avérer bénéfique, tout comme la prise de suppléments d’huiles de poisson ou de krill et de bourrache ou d’onagre, en association avec 100 mg de vitamine E. En revanche, l’excès de graisses saturées (beurre, viandes et fromages gras) est à proscrire, tout comme la consommation abusive d’alcool. Enfin, les oligo-éléments comme le sélénium et le zinc sont en mesure de soulager l’inflammation et les démangeaisons. Ils agissent aussi bien par voie interne (suppléments), qu’externe (pommades).

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept