Article n° 1154

Gros plan sur la douleur

La douleur, un sujet courant qui devient brûlant dès qu’il nous touche personnellement.

Le choix de la forme galénique a toute son importance. En raison de leur action prolongée, les produits à effet retard et les patchs sont conseillés en cas de douleurs chroniques, alors que les granulés et les comprimés calment parfaitement les douleurs aiguës, grâce à leur action rapide.

Aiguë ou chronique

Limitée dans le temps, la douleur aiguë joue un rôle protecteur (blessures, inflammations). Dès que l’on élimine sa cause, elle se soigne le plus souvent sans problème. Une douleur chronique perd sa fonction d’avertisseur. Parfois, sa cause n’est plus identifiable et la douleur devient une maladie à elle seule, qui perdure. Soumis à des ­signaux douloureux permanents, les fibres nerveuses peuvent se modifier durablement: elles mémorisent différemment la douleur, deviennent plus sensibles ou provoquent des douleurs même sans impulsion extérieure. Une telle évolution complique l’approche thérapeutique, d’où l’intérêt d’une prise en charge précoce.

Mesures non médicamenteuses

Pour combattre les douleurs chroniques et les tensions douloureuses, le re­cours aux techniques de relaxation peut s’avérer efficace (p. ex. sophrologie, relaxation mus­culaire avec biofeed­­- back, massages, acupuncture, chaleur ou ­courant électrique). Les douleurs aiguës répondent favorablement au froid.

Analgésiques

Les mesures non médicamenteuses ne suffisent pas toujours à soulager la douleur, agissent trop lentement ou sont impossibles à mettre en œuvre au niveau logistique. Dès lors, les analgésiques révèlent toute leur utilité. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’une prise au long cours peut provoquer des lésions organiques. Si possible, il faudrait donc privilégier les traitements par voie externe (p. ex. patch, gel, etc.).

On distingue les principes actifs à

  • action périphérique, qui agissent à l’endroit même de la douleur (p. ex. acide acétylsalicylique, diclofénac);
  • action centrale (moelle épinière, ­cerveau), qui limitent l’irritabilité des cellules nerveuses (p. ex. opioïdes sur ordonnance) et sont réservés aux douleurs très intenses.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Dr. Angela Gemperle

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept