Article n° 1113 | Edition n° 72 | 2010

A fond la forme, profitez au maximum de l?été!

Des températures estivales, les rayons solaires qui réchauffent le cœur… vive la vie en plein air! Difficile d’imaginer que l’on peut attraper un virus grippal pendant la plus belle saison de l’année.

Un remède de bonne femme, le lait au miel: ajouter 1-2 c. à thé de miel à 200 ml de lait chaud.

L’hiver, synonyme de grippe et de refroidissements, est enfin derrière nous. Hélas, même en été, ces maudits virus peuvent nous gâcher la vie et le plaisir des activités en plein air. Bien que l’on parle de «grippe estivale», il s’agit le plus souvent d’une infection grippale et non pas d’une véritable grippe. Gorge irritée, déglutition difficile, rhume, toux, maux de tête, courbatures et fièvre éventuelle en sont les symptômes typiques. La maladie évolue lentement, contrairement à une vraie grippe où une forte fièvre et un abattement général surviennent brutalement.

Quelques conseils pour passer un été sans nuages

Pour échapper à la grippe estivale, quelques règles s’imposent. Faites attention à la climati­sation, qui dessèche les muqueuses et facilite ainsi la pénétration des virus dans l’organisme. La différence de température avec l’extérieur ne devrait pas dépasser 5°C. Evitez les bains de soleil prolongés, qui affaiblissent le système immunitaire. Enfilez un maillot sec après la baignade, bougez beaucoup quand vous êtes à l’extérieur, adoptez une alimentation saine et buvez suffisamment (2 litres).

Si, malgré toutes ces précautions, un virus grippal vous rattrape, rincez-vous sans tarder et régulièrement le nez et la gorge avec une solution saline. Diverses préparations soulagent la fièvre, les douleurs et l’abattement. Le paracétamol, ­principe actif bien connu et ayant largement fait ses preuves, est un analgésique et un antipyrétique idéal: généralement bien toléré, il ménage l’estomac et convient aussi aux nourrissons, enfants et femmes enceintes. Vous trouverez également des remèdes contre le rhume et la toux dans votre pharmacie ou votre droguerie.

La grippe estivale sévit également à l’étranger. Pensez à emporter les médicaments appropriés dans votre pharmacie de voyage.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Michaela Paepke-Raack

Articles similaires

  • Article No | Edition no 97
    Refroidissements: la phytothérapie à la rescousse

    La médecine phytothérapique offre un large éventail de plantes utiles en cas de rhume, toux ou maux de gorge: en font partie le tilleul, la sauge, le cynorrhodon, le gingembre, etc. L’échinacée pourpre ou rudbeckie (Echinacea purpurea) revêt un rôle particulier, car elle agit autant à titre préventif que curatif. Un véritable souffre-douleur pour les refroidissements! Un peu d’histoire Plante ancestrale, l’échinacée est connue depuis des millénaires par les Indiens d’Amérique du Nord, qui l’utilisaient pour combattre les infections respiratoires et les maux de gorge. Elle a été redécouverte il y a quelques décennies dans les pays occidentaux. Le naturopathe et phytothérapeute Alfred Vogel a joué un rôle de pionnier: il aimait raconter qu’il avait reçu en guise de cadeau des graines d’échinacée de la part d’un chef de la tribu indienne Oglala Lakota, au début des années 50. Plus tard, il s’était mis à cultiver cette plante en Suisse, qui était rapidement devenue sa plante favorite. Ainsi, la réputation de la rudbeckie s’était rapidement répandue dans notre pays. Prévention et thérapie Pourvue d’un pouvoir immunomodulateur (immunorégulateur), qui lui permet de soutenir le système immunitaire sans jamais le stimuler excessivement, l‘échinacée est une panacée pour nos défenses naturelles. Elle peut être ingérée sur d’assez longues périodes (deux mois) sans diminution de son efficacité, contrairement à ce que l’on croyait il y a quelques années encore. En cas d’agression de l’organisme par un germe pathogène, l’action de la plante est d’autant plus forte que la prise est rapide. Et, dans la pire des hypothèses, les symptômes et la durée du refroidissement seront considérablement réduits. Une action à large spectre Outre son pouvoir immunomodulateur, l’échinacée possède des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. Elle agit ainsi à visée préventive et curative sur un grand nombre d’états grippaux. Une boisson bienfaisante Les préparations à base d’échinacée sont disponibles sous forme de gouttes ou comprimés. Il existe aussi un sirop naturellement aromatisé aux baies de sureau, pour la préparation d’une boisson chaude bienfaisante. La rudbeckie (echinacée) plus que jamais d’actualité! Pendant la saison froide, échapper complètement aux (très) nombreux virus et bactéries qui nous entourent relève de la mission impossible! Il nous reste donc à soigner les symptômes des refroidissements ou, encore mieux, à les prévenir. Entre les bons conseils de maman, ceux des collègues et les messages publicitaires, il n’est pas facile de faire son choix. Faut-il soigner son rhume et son mal de gorge par des inhalations? Utiliser plutôt un spray nasal? Ou encore préférer les tisanes sucrées au miel? Pour les futés et les autres existe encore une autre solution: celle de la prévention! Plutôt que de laisser les virus nous attaquer, tâchons plutôt de leur barrer la route le plus rapidement possible. Par exemple en dopant le système immunitaire grâce la rudbeckie rouge (Echinacea purpurea). Diverses études réalisées sur des cellules épithéliales des voies respiratoires correspondant bien aux conditions «in vivo» ont mis en évidence la triple action de cet extrait végétal: il est antiviral, antibactérien et anti-inflammatoire. En prévention ou lors des premiers symptômes d’un refroidissement, la rudbeckie peut donc rendre de précieux services. Une alimentation saine, riche en vitamines et en oligo-éléments, et un minimum d’activité physique sont les deux autres éléments essentiels de la prévention des refroidissements.

  • Article No | Edition no 3 2014
    Homéopathie

    L’homéopathie: une variété de bienfaits L’homéopathie présente plusieurs avantages, au premier chef desquels l’absence de contre-indications et d’effets secondaires indésirables. Explorons plus en détails d’autres bénéfices de cette approche thérapeutique très utilisée. A chaque mal, son médicament L’homéopathie est une thérapie très ciblée, puisqu’elle préconise une substance spécifique pour chaque symptôme. En cas de fatigue par exemple, la démarche homéopathique consistera d’abord à identifier clairement les causes de ce symptôme, puis à administrer une substance particulière à la cause mise au jour: une fatigue résultant d’un surmenage se verra traitée avec Nux vomica (si le patient, sédentaire et intoxiqué,  se sent moins bien après avoir mangé) ou par Anacardium orientale (si, au contraire, le sujet tire bénéfice de l’ingestion de nourriture). Un homme averti en vaut deux Les états grippaux  consécutifs à une infection par l’un des nombreux virus ORL sont fréquents durant la saison froide. Les possibilités de traitement des symptômes correspondants (fièvre légère, maux de tête, écoulement nasal et une faiblesse générale) sont relativement restreintes et ne consisteront qu’à faire baisser la fièvre et à soulager les douleurs. Dès lors, il est particulièrement judicieux de prévenir l’apparition de ce trouble. A l’instar des vitamines, des minéraux ou des médicaments phytothérapiques, l’homéopathie agit en stimulant les mécanismes de défenses de l’organisme et se révèle, à ce titre et en plus de son action curative, particulièrement adaptée au traitement préventif. Des procédés de fabrication rigoureux et évolutifs La fabrication des médicaments homéopathiques répond aux exigences des réglementations pharmaceutiques (les pharmacopées) en vigueur dans les pays concernés. Les matières premières, par exemple, qu’elles soient d’origine végétale comme la camomille, d’origine animale comme l’encre de seiche (Sepia) ou l’abeille (Apis mellifica) ou encore d’origine minérale comme le sel de magnésium, sont sélectionnées, puis préparées de manière à obtenir un produit parfaitement pur et exempt de toutes formes de contamination. De plus, des efforts constants de recherche et de développement sont entrepris, notamment pour mettre à disposition de nouveaux médicaments et asseoir l’efficacité des traitements. Enfin, l’homéopathie préserve l’environnement à plus d’un titre, en cultivant, par exemple, des espèces de plantes menacées et en privilégiant les fournisseurs locaux.

  • Article No | Edition no 3 2014
    Grippe - Refroidissements

    Grippe, refroidissements: si semblables, si différents Il vous est certainement déjà arrivé qu’une personne de votre entourage, en vous voyant vous moucher ou en vous entendant tousser, s’exclame: «Mais tu es grippé!» Et pourtant, le rhume, la toux, bref, les refroidissements, n’ont pas grand-chose à voir avec la «vraie» grippe. Il existe une multitude de virus présentant une forte affinité pour les voies respiratoires: très contagieux, ils sont responsables de refroidissements aussi  pénibles que bénins. Peu ou pas traités, ceux-ci peuvent toutefois évoluer vers une surinfection bactérienne (bronchite, sinusite) nécessitant souvent une antibiothérapie. Bien qu’ils surviennent tout au long de l’année, les refroidissements manifestent une nette prédilection pour les mois froids, lorsque les muqueuses respiratoires sont fragilisées et les longs séjours à l’intérieur favorisent la propagation des virus. La grippe, quant à elle, est  provoquée par un virus saisonnier, le Myxovirus influenzae, qui provoque des épidémies, le plus souvent entre novembre et mars. L’atteinte des voies respiratoires, bien que fréquente, n’est pas toujours présente. En revanche, des symptômes, tels que forte fièvre, céphalée, prostration et courbatures, ne laissent pas planer le doute!  En l’absence de médicaments antiviraux, susceptibles de guérir les refroidissements ou la grippe, l’accent sera mis sur la prévention. Prévenir les pathologies virales Il existe mille et une façon de renforcer l’immunité: adopter une alimentation équilibrée, prendre un  supplément de vitamines et minéraux, pratiquer des activités en plein air, maîtriser le stress, etc. La grippe (elle seule!) peut être prévenue par la vaccination, recommandée notamment aux sujets affaiblis ou âgés. Il se peut néanmoins que ces mesures ne parviennent pas à éviter qu’un méchant virus prenne possession de notre organisme. Dans ce cas, que faire? Se reposer, rester au chaud, beaucoup boire, manger léger et… choisir, au besoin, un ou des médicaments adapté(s). Une préparation composée passe-partout Au lieu de multiplier les remèdes (gouttes nasales, tablettes à sucer, antidouleurs en comprimés), il peut s’avérer pratique et judicieux d’avoir recours à une préparation composée, qui couvre la totalité des symptômes. Un atout supplémentaire de cette préparation disponible en comprimés: deux formules différentes, adaptées aux besoins spécifiques du jour (pas de somnolence) et de la nuit (effet sédatif de la toux qui favorise l’endormissement). Ce traitement ne devrait toutefois pas dépasser les 4 jours.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept