Article n° 4284 | Edition n° 92 | 2015

En toute saison, la fatigue n’est pas une fatalité!

De nombreux facteurs sont susceptibles de créer des carences nutritionnelles, source de fatigue et de problèmes divers.

Dès début mars, les journées progressivement plus longues et des températures plus douces nous font ressentir un avant-goût de printemps. Mais attention: l’hiver n’a probablement pas dit son dernier mot.

En mars et même en avril, prendre soin de son système immunitaire est toujours d’actualité. Une dernière épidémie de grippe n’est pas exclue, et des méchants rhinovirus guettent encore les sujets affaiblis. En outre, les changements saisonniers, qui font pourtant le charme de notre climat, mettent notre organisme à rude épreuve. A peine sorti de l’hiver, notre corps, encore fragilisé par l’ensoleillement insuffisant, les températures rigoureuses et le moral en berne, doit déjà faire face aux désagréments printaniers, la fatigue notamment.

La fatigue peut survenir à tout moment

Alimentation déséquilibrée, mauvaise hygiène de vie (sédentarité, sommeil insuffisant, fumée, etc.), stress: en toute saison, un état de fatigue peut nous affaiblir physiquement et nous saper le moral. Même la pollution, responsable de surcharges chroniques en métaux toxiques, et la prise à long terme de médicaments sont des causes possibles de fatigue et fatigabilité, voire d’épuisement. Comment réagir?

Si la vitamine C mérite amplement sa réputation de vitamine antifatigue, d’autres nutriments ne sont pas en reste: les vitamines B notamment, ainsi que, dans une moindre mesure, la D et la E. Le calcium et le magnésium, quant à eux, balaient la fatigue nerveuse, alors que le fer, le cuivre et le molybdène jugulent l’asthénie liée à un faible taux de globules rouges et de ferritine. La plupart des acides aminés et la coenzyme Q10 sont aussi hautement énergétiques.

La phytothérapie propose également une palette d’outils antifatigue: au premier rang, citons le ginseng, connu et apprécié depuis des millénaires.

Un organisme dont les besoins nutritionnels sont couverts est sain, fort et performant. Une préparation à base de vitamines et minéraux, idéalement enrichie en acides aminés et ginseng, met à l’abri des redoutables carences nutritionnelles, source de fatigue et de problèmes divers.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 95 2017
    Indispensable et fragile vitamine C

    Contrairement à la plupart des animaux, l’être humain ne peut synthétiser sa propre vitamine C. Un apportnjournalier nous est donc indispensable pour éviter l’apparition de carences. Malheureusement, cette vitamine est très sensible et l’on a parfois bien du mal à en obtenir en suffisance.   Un déficit sévère en vitamine C se nomme «scorbut». Heureusement, il reste exceptionnel dans nos contrées. Toutefois, les hypovitaminoses légères sont fréquentes et peuvent se manifester par de la fatigue, une sensibilité accrue aux infections, des troubles de cicatrisation ou des saignements gingivaux. Certes, cette vitamine se retrouve dans les fruits et les légumes. Mais hélas, elle se dégrade très vite au contact de l’air ou de l’exposition à la chaleur (cuisson). Hydrosoluble, elle se dilue en grande partie dans l’eau de cuisson (jusqu’à 75% de perte). De plus, avec les repas de midi sur le pouce, il est souvent difficile de consommer ses 5 portions de fruits et légumes par jour!     Attention aux carences pour les groupes à risques En outre, certaines catégories de personnes ont des besoins accrus. Ainsi, les fumeurs, les grands sportifs, les personnes âgées, les femmes enceintes ou allaitantes doivent particulièrement surveiller leur apport. Cela est également le cas, lors de la prise de certains médicaments, tels que les contraceptifs oraux, les corticoïdes, l’acide salicylique et certains antibiotiques. Que ce soit en raison d’un apport alimentaire insuffisant ou d’une situation dans un groupe à risques, une supplémentation en vitamine C est alors recommandée. En pharmacie et droguerie, elle est disponible soit sous forme naturelle ou de synthèse. Si la forme naturelle est privilégiée, elle est souvent peu dosée et relativement coûteuse. Une bonne alternative est d’opter pour un produit mixte combinant une vitamine de synthèse et une autre naturelle.

  • Article No | Edition no 93 2016
    Ne prenez pas la fatigue à la légère!

    De l’homme d’affaires confronté à plusieurs piles de dossiers à la mère de famille ne sachant plus où donner de la tête, en passant par l’étudiant qui croule sous les devoirs, la fatigue n’épargne personne. Occasionnelle et de courte durée, elle ne doit pas être un sujet d’inquiétude. Mais que faire lorsqu’elle persiste? On considère comme normale la fatigue survenant après une période de travail intense, de stress ou de sommeil insuffisant, que du repos et quelques bonnes nuits suffisent à enrayer. En revanche, une fatigue persistante est, comme la fièvre et la douleur, un signal d’alarme émis par notre corps, à ne pas négliger. La fatigue persistante peut être: • le symptôme d’une maladie (anémie, hypotension, insuffisance thyroïdienne, diabète, foyer infectieux, dépression, etc.) • un effet secondaire d’un médicament (psychotropes, antihistaminiques, bêtabloquants, etc.) • la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie et alimentaire. Les causes hygiénodiététiques • La déshydratation chez les petits buveurs • La consommation insuffisante de glucides complexes (pain, pâtes, céréales, etc.), notre principale source d’énergie physique et psychique • L’apport insuffisant d’acides aminés, nécessaires pour la construction de notre corps (ce processus requiert une énergie considérable) • L’excès d’aliments ou boissons dépourvus de valeur nutritionnelle (sucreries, fast food, alcool, limonades) • Le stress chronique et la fumée, qui appauvrissent l’organisme en substances nutritives • Le sommeil insuffisant • La sédentarité ou, à l’opposé, un entraînement physique poussé sans récupération adéquate. Des causes découlent les solutions: boire beaucoup d’eau, adopter une alimentation équilibrée, gérer le stress, renoncer au tabac, s’accorder du repos et du sommeil en suffisance, pratiquer une activité physique régulière. Il arrive, toutefois, qu’il ne soit possible de faire tabula rasa de ses mauvaises habitudes ou même que les meilleures mesures hygiénodiététiques ne donnent pas les résultats escomptés. Dans ce cas, le recours à une préparation riche en vitamines et minéraux est vivement recommandé. L’adjonction de précieux acides aminés et de ginseng, très énergétique, est un atout non négligeable.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Peut-on se protéger de l’épuisement professionnel?

    La fatigue émotionnelle, mentale et physique s’est soudainement installée. Elle est accompagnée d’un manque de motivation et de rendement. Peut-être êtes-vous victime de burnout, appelé également syndrome d’épuisement professionnel. C’est un véritable cercle vicieux. Vous éprouvez le sentiment que l’élastique s’est cassé! De plus en plus de personnes font connaissance avec ce phénomène. Lorsque vous vous investissez et dépensez votre énergie sans pouvoir vraiment récupérer, vous vous installez dans un cercle vicieux. A partir d’un certain stade, la situation devient de moins en moins supportable et se transforme en épuisement. Vous voilà subitement dans l’impossibilité de poursuivre vos activités. Vous constatez alors la différence entre fatigue et épuisement. Ce dernier s’avère bien plus grave que la première et la souffrance est nettement plus profonde. D’autre part, l’épuisement professionnel est beaucoup plus long à guérir. Savoir s’arrêter à temps Un bon conseil consiste à reconnaître les signaux d’alarme provenant non seulement de votre corps, mais aussi de votre vie intérieure. Sachez prendre une décision au bon moment. Dites «STOP»… et prenez rapidement le chemin de la reconstruction! Vous pouvez vivre des situations de stress au travail sans aboutir au burnout, mais vous ne pouvez pas tomber dans un burnout sans avoir été stressé. Apprenez à vous autocontrôler, ayez suffisamment de repos et n’oubliez pas de vous ressourcer. Un apprentissage également important consiste à savoir choisir. N’oubliez pas qu’il y a plus de personnes pressées que de situations réellement importantes ou urgentes!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept