Article n° 1503

Du nouveau dans le traitement de l'eczéma

Les préparations à base d’aloès pour le traitement de l’eczéma ne provoquent aucun effet indésirable et ne présentent aucune restriction d’emploi.

Sécheresse cutanée, démangeaisons, vésicules remplies de liquide, plaques rouges suintantes, petits boutons rouges… Les symptômes de l’eczéma, très variés, ont une caractéristique commune: ils sont inesthétiques et désagréables!

On distingue deux formes de cette affection dermatologique inflammatoire: l’eczéma de contact et la dermatite atopique ou neurodermatite. Le premier est dû à une réaction exagérée du corps à un allergène (caoutchouc, détergents, etc.). La dermatite atopique, quant à elle, a souvent une origine héréditaire, mais peut aussi être liée à des facteurs allergisants alimentaires (oeufs, noix, etc.) ou externes (pollen, poils d’animaux, etc.). Elle concerne principalement les petits enfants.
Le traitement de l’eczéma fait appel, si possible, à la suppression de la cause. Quel que soit l’allergène, le recours à des antihistaminiques (antiallergiques), par voie orale, et à des corticoïdes (cortisone et dérivés), en application locale, peut être prescrit ou conseillé. Ces derniers devraient toutefois être utilisés uniquement en cas de réelle nécessité et pour une courte période, en raison de leurs effets secondaires non négligeables et de leur effet symptomatique. D’autant plus que des alternatives végétales efficaces et très bien tolérées existent!

Une plante qui a fait ses preuves en dermatologie

L’aloès (Aloe barbadensis), en application externe, possède des remarquables propriétés anti-inflammatoires, antiprurigineuses, régénérantes et cicatrisantes. Associée à des substances hydratantes, telles que p. ex. la glycérine et la cire, elle représente une option très intéressante pour le traitement de l’eczéma. Une telle préparation peut être utilisée même par l’enfant et la femme enceinte.

Il est également nécessaire de nourrir la peau de l’intérieur. Particulièrement bénéfiques s’avèrent l’acide gammalinolénique (huiles de bourrache ou d’onagre) et l’EPA (huiles de poisson ou de krill), associés à au moins 100 UI de vitamine E. Pour un résultat optimal, on
procédera préalablement à une cure dépurative, afin de drainer l’organisme et le rendre plus réceptif à d’autres traitements.

-------------------------------------------------

Document-PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept