Article n° 1255 | Edition n° 75 | 2011

Disgracieuse couperose

D’un point de vue médical, il faut distinguer l’érythrose et la couperose. La première est caractérisée par des rougeurs diffuses du visage, notamment sur les joues et les ailes du nez. La couperose proprement dite, qui constitue le stade suivant de l’érythrose, correspond à la dilatation permanente des capillaires, qui apparaissent comme de petits filaments rouges.

Vitamine C: les fruits et les légumes, notamment le cassis, le kiwi, les agrumes, les choux et le poivron. Vitamine P: la pulpe des agrumes, l’abricot, le raisin, etc.

Ces deux affections dermatologiques touchent principalement les peaux fines et sensibles. Les femmes sont plus concernées que les hommes, à cause de leur plus grande sensibilité cutanée et en raison des fluctuations hormonales. Les grossesses et surtout la ménopause, responsable souvent de bouffées congestives du visage, représentent d’ailleurs des situations à risque.

Les «amis» des capillaires, qui améliorent le tonus et la résistance de leurs parois, sont les vitamines C et P. Privilégiez alors les aliments, tous d’origine végétale, qui les contiennent (voir encadré). Ces vitamines peuvent aussi faire l’objet d’un supplément, en cure. Bannissez les repas trop copieux, les mets très épicés, l’alcool en excès et les boissons brûlantes, qui font monter la température interne, provoquant une dilatation des vaisseaux. Evitez les sources de chaleur: le sauna, le bain de vapeur, l’exposition directe au soleil et le solarium. De surcroît, les UVA fragilisent et affinent la peau, ce qui rend les capillaires plus visibles. Pour ce qui est des soins cosmétiques, utilisez des produits adaptés, renoncez aux gommages agressifs et protégez davantage votre peau lors de températures rigoureuses et d’exposition au vent.

La seule technique radicale en cas de couperose relève du domaine de la dermatologie: il s’agit du laser. Pour un résultat satisfaisant, il faut compter en général deux à trois séances. Assez onéreux, ce traitement peut présenter quelques effets secondaires (œdème, formation de croûtes) et ne pas s’avérer définitif.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept