Article n° 4979 | Edition n° 98 | 2019

De petites gouttes qui agissent grâce à des plantes efficaces

Certains remèdes éprouvés restent indétrônables.

La médecine est toujours en quête de nouveaux médicaments, et à juste titre. Or, certains remèdes éprouvés restent indétrônables. L’être humain recourt aux principes actifs des plantes médicinales depuis des générations pour se soigner, prévenir les maladies et se rétablir.

Les prairies colorées, avec leurs herbes et leurs fleurs, s’avèrent de véritables pharmacies naturelles. La plupart des plantes possèdent (bien) plus d’une propriété. Leur polyvalence se reflète dans les différents médicaments, qui reposent depuis la nuit des temps sur leur efficacité. Les adeptes de préparations à base de plantes apprécient justement les utilisations multiples qu’elles offrent et leur lien avec la nature.

En cas de malaise et de troubles digestifs

L’eau de mélisse, associée à un mélange d’huiles essentielles tirées de plantes médicinales, apaise en cas de malaise ou de troubles digestifs. L’anis étoilé et les clous de girofle soulagent les crampes d’estomac. La cannelle stimule la sécrétion de suc gastrique, car les personnes souffrant de troubles digestifs n’en produisent parfois pas assez. La lavande favorise l’élimination de gaz, ralentit leur apparition, apaise et dénoue les tensions, améliorant le bien-être.

Autres bienfaits

Certaines plantes médicinales apportent leur aide en cas de symptômes accompagnant les refroidissements, comme maux de tête et douleurs articulaires, ou en cas d’affection des voies respiratoires, comme la toux. Ainsi, les huiles essentielles de sauge, noix de muscade, clous de girofle et thym calment la douleur et réduisent l’inflammation. La polyvalence de tels mélanges à base de plantes médicinales en faisait et en fait encore des incontournables dans toute pharmacie domestique. Avant ou pendant un voyage, les mélanges d’huiles essentielles apaisent le mal des transports dont ils s’avèrent le compagnon idéal.
Comme ces préparations sont à base d’alcool, elles sont déconseillées aux enfants de moins de 12 ans et aux femmes enceintes ou allaitantes.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 97
    Refroidissements: la phytothérapie à la rescousse

    La médecine phytothérapique offre un large éventail de plantes utiles en cas de rhume, toux ou maux de gorge: en font partie le tilleul, la sauge, le cynorrhodon, le gingembre, etc. L’échinacée pourpre ou rudbeckie (Echinacea purpurea) revêt un rôle particulier, car elle agit autant à titre préventif que curatif. Un véritable souffre-douleur pour les refroidissements! Un peu d’histoire Plante ancestrale, l’échinacée est connue depuis des millénaires par les Indiens d’Amérique du Nord, qui l’utilisaient pour combattre les infections respiratoires et les maux de gorge. Elle a été redécouverte il y a quelques décennies dans les pays occidentaux. Le naturopathe et phytothérapeute Alfred Vogel a joué un rôle de pionnier: il aimait raconter qu’il avait reçu en guise de cadeau des graines d’échinacée de la part d’un chef de la tribu indienne Oglala Lakota, au début des années 50. Plus tard, il s’était mis à cultiver cette plante en Suisse, qui était rapidement devenue sa plante favorite. Ainsi, la réputation de la rudbeckie s’était rapidement répandue dans notre pays. Prévention et thérapie Pourvue d’un pouvoir immunomodulateur (immunorégulateur), qui lui permet de soutenir le système immunitaire sans jamais le stimuler excessivement, l‘échinacée est une panacée pour nos défenses naturelles. Elle peut être ingérée sur d’assez longues périodes (deux mois) sans diminution de son efficacité, contrairement à ce que l’on croyait il y a quelques années encore. En cas d’agression de l’organisme par un germe pathogène, l’action de la plante est d’autant plus forte que la prise est rapide. Et, dans la pire des hypothèses, les symptômes et la durée du refroidissement seront considérablement réduits. Une action à large spectre Outre son pouvoir immunomodulateur, l’échinacée possède des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. Elle agit ainsi à visée préventive et curative sur un grand nombre d’états grippaux. Une boisson bienfaisante Les préparations à base d’échinacée sont disponibles sous forme de gouttes ou comprimés. Il existe aussi un sirop naturellement aromatisé aux baies de sureau, pour la préparation d’une boisson chaude bienfaisante. La rudbeckie (echinacée) plus que jamais d’actualité! Pendant la saison froide, échapper complètement aux (très) nombreux virus et bactéries qui nous entourent relève de la mission impossible! Il nous reste donc à soigner les symptômes des refroidissements ou, encore mieux, à les prévenir. Entre les bons conseils de maman, ceux des collègues et les messages publicitaires, il n’est pas facile de faire son choix. Faut-il soigner son rhume et son mal de gorge par des inhalations? Utiliser plutôt un spray nasal? Ou encore préférer les tisanes sucrées au miel? Pour les futés et les autres existe encore une autre solution: celle de la prévention! Plutôt que de laisser les virus nous attaquer, tâchons plutôt de leur barrer la route le plus rapidement possible. Par exemple en dopant le système immunitaire grâce la rudbeckie rouge (Echinacea purpurea). Diverses études réalisées sur des cellules épithéliales des voies respiratoires correspondant bien aux conditions «in vivo» ont mis en évidence la triple action de cet extrait végétal: il est antiviral, antibactérien et anti-inflammatoire. En prévention ou lors des premiers symptômes d’un refroidissement, la rudbeckie peut donc rendre de précieux services. Une alimentation saine, riche en vitamines et en oligo-éléments, et un minimum d’activité physique sont les deux autres éléments essentiels de la prévention des refroidissements.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Peut-on apprivoiser le stress avec une plante médicinale?

    On considère le stress comme un mal majeur de notre époque, bien qu’il soit prouvé qu’il existe depuis l’aube des temps et dans toute forme de vie. L’homme préhistorique, qui, face à un danger imminent, devait immédiatement choisir entre s’enfuir ou se défendre, était assurément stressé! Emprunté à l’anglais, le stress signifie «pression, contrainte»; il désigne la réponse physique et psychique d’un individu essayant de s’adapter à une sollicitation externe ou interne. On ne le répétera jamais assez: une certaine dose de stress est nécessaire à la vie. Ce stress positif nous donne l’élan nous permettant de progresser. En revanche, un stress chronique amoindrit progressivement nos capacités d’adaptation, qui finissent par s’épuiser. Ainsi, nous tombons malades, physiquement ou psychiquement. Comment éviter d’en arriver là? Selon Romain Ducret, coach et formateur professionnel, pour maîtriser le stress, rien ne vaut la pensée positive. «Entraînons-nous à porter notre attention sur les côtés positifs de chaque situation et à profiter des petits plaisirs de la vie quotidienne. La joie nous dynamise et nous détend à la fois!» Et si la solution nous venait de la phytothérapie? Il y des plantes médicinales qui ont traversé les millénaires sans prendre une ride. C’est le cas de l’orpin rose (Rhodiola rosea), qui, de nos jours, fait l’objet d’un regain d’intérêt. Dans l’Antiquité, les Grecs , puis, au haut Moyen Age, les Vikings, attribuaient des vertus fortifiantes à cette plante, qui doit son nom au parfum de rose dégagé par sa racine. Dans un passé récent, les médecins russes l’ont prescrite aux cosmonautes et aux athlètes pour repousser le seuil du stress et de la fatigue. Classé, à juste titre, parmi les plantes «adaptogènes», l’orpin rose permet à l’organisme de faire face aux sollicitations auxquelles il est confronté. Loin d’être un produit dopant, il augmente les performances sans exciter, et il détend sans provoquer de la fatigue. Quel que soit le type de stress auquel il est soumis, l’orpin rose soulage les symptômes physiques et psychiques liés à ce phénomène (fatigue, épuisement, tensions nerveuses, irritabilité, etc.). Cette plante est disponible en comprimés dans les pharmacies et drogueries. * Source: Université de Berne

  • Article No | Edition no 92 2015
    En toute saison, la fatigue n’est pas une fatalité!

    Dès début mars, les journées progressivement plus longues et des températures plus douces nous font ressentir un avant-goût de printemps. Mais attention: l’hiver n’a probablement pas dit son dernier mot. En mars et même en avril, prendre soin de son système immunitaire est toujours d’actualité. Une dernière épidémie de grippe n’est pas exclue, et des méchants rhinovirus guettent encore les sujets affaiblis. En outre, les changements saisonniers, qui font pourtant le charme de notre climat, mettent notre organisme à rude épreuve. A peine sorti de l’hiver, notre corps, encore fragilisé par l’ensoleillement insuffisant, les températures rigoureuses et le moral en berne, doit déjà faire face aux désagréments printaniers, la fatigue notamment. La fatigue peut survenir à tout moment Alimentation déséquilibrée, mauvaise hygiène de vie (sédentarité, sommeil insuffisant, fumée, etc.), stress: en toute saison, un état de fatigue peut nous affaiblir physiquement et nous saper le moral. Même la pollution, responsable de surcharges chroniques en métaux toxiques, et la prise à long terme de médicaments sont des causes possibles de fatigue et fatigabilité, voire d’épuisement. Comment réagir? Si la vitamine C mérite amplement sa réputation de vitamine antifatigue, d’autres nutriments ne sont pas en reste: les vitamines B notamment, ainsi que, dans une moindre mesure, la D et la E. Le calcium et le magnésium, quant à eux, balaient la fatigue nerveuse, alors que le fer, le cuivre et le molybdène jugulent l’asthénie liée à un faible taux de globules rouges et de ferritine. La plupart des acides aminés et la coenzyme Q10 sont aussi hautement énergétiques. La phytothérapie propose également une palette d’outils antifatigue: au premier rang, citons le ginseng, connu et apprécié depuis des millénaires. Un organisme dont les besoins nutritionnels sont couverts est sain, fort et performant. Une préparation à base de vitamines et minéraux, idéalement enrichie en acides aminés et ginseng, met à l’abri des redoutables carences nutritionnelles, source de fatigue et de problèmes divers.

Article
Carmol®
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept