Article n° 4789 | Edition n° 95 | 2017

Comment apprivoiser la toux

Il faut favoriser la toux grasse, pour éviter que l’infection virale n’évolue en surinfection bactérienne.

 

Durant la mauvaise saison, il est rare d’échapper aux 200 rhinovirus qui guettent nos voies respiratoires, fragilisées par le froid et asséchées par le chauffage artificiel. En revanche, il est possible de diminuer l’intensité du refroidissement, d’en soulager les symptômes et d’en éviter les complications bactériennes.

 

Du rhume à la toux grasse

Et voilà, le nez picote, coule… L’écoulement rétronasal irrite le pharynx et les bronches provoquant des quintes de toux sèche. Mais, plus ou moins rapidement, la muqueuse bronchique réagit en produisant un mucus épais pour «encapsuler» et neutraliser l’hôte indésirable. C’est à ce stade qu’il faut intervenir avec la prise d’un mucolytique ou expectorant, comme par ex. l’acétylcystéine, qui, en fluidifiant les mucosités, en facilite l’élimination. La toux, grasse et productive à présent, est donc un réflexe bénéfique, à soutenir. D’autant plus qu’une permanence prolongée du virus dans les bronches peut évoluer en surinfection bactérienne (otite, bronchite), nécessitant la prise d’un antibiotique. Une fois le nettoyage des bronches achevé, quelques quintes de toux sèche marquent la fin du refroidissement.

 

Quand les quintes s’avèrent trop pénibles…

Durant le refroidissement, il peut arriver que des quintes de toux puissantes, voire spasmodiques, entravent la qualité de vie et surtout empêchent le malade de dormir. Or, le manque de sommeil fatigue et affaiblit ultérieurement le
système immunitaire. Dans ce cas, un produit associant le mucolytique à un antitussif, tel que par ex. la chlorphénamine, permet d’améliorer le quotidien. Bien aérer et humidifier l’habitat, avoir recours à des inhalations et/ou à des
baumes chauffants, boire des tisanes expectorantes adoucies avec du miel, représentent des mesures additionnelles non négligeables.

 

La toux sèche

Si la toux survenant lors d’un refroidissement est toujours productive et bénéfique, il existe également la toux sèche, qu’il faut supprimer, car éprouvante et totalement inutile. C’est le cas, par exemple, de la toux provoquée par la fumée, une allergie, l’air vicié ou un médicament.

Document PDF

 

Publicité

 


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept