Article n° 4499 | Edition n° 92 | 2015

Chouchoutons notre mémoire!

La doctoresse Rita Levi-Montalcini affirmait avoir, à 85 ans, un cerveau tout aussi performant que durant sa jeunesse. Quant au chimiste et physicien Linus Pauling, il est resté actif professionnellement jusqu’à sa mort, survenue à 94 ans.

Le rendement intellectuel: un outil très prisé par notre civilisation moderne, qui voue un culte à la performance. Découvrez les moyens les plus efficaces pour prévenir et combattre la baisse de la mémoire liée au surmenage, à l’épuisement et à l’âge.

Grand consommateur d’oxygène et de sucre, notre cerveau réagit favorablement à l’exercice physique, qui augmente son oxygénation, et à un apport correct de glucides, dont il se nourrit. Gare, néanmoins, à l’abus de sucreries, source de calories vides et d’énergie rapide mais de courte durée. Pour un coup de fouet immédiat, préférez les fruits et les fruits secs.

Les micronutriments aide-mémoire

Outre l’oxygène et le glucose, le cerveau apprécie des substances qui soutiennent son fonctionnement, à savoir:
• les acides aminés,
• les vitamines B,
• la choline, précurseur de l’acétylcholine, neuromédiateur cérébral impliqué dans le mécanisme de la mémoire,
• le zinc, oligo-élément nécessaire à la synthèse de plusieurs neuromédiateurs cérébraux,
• les oméga-3, notamment le DHA, présents en grande quantité dans le cerveau sous forme de phospholipides, et la phosphatidylsérine, un phospholipide,
• les antioxydants (vitamines C, E, manganèse, sélénium, etc.), qui ralentissent le vieillissement cérébral.

Parmi les aliments bénéfiques pour la mémoire, figurent notamment le poisson, l’oeuf, le foie, le yogourt, les céréales complètes et les produits céréaliers non raffinés, les fruits secs et oléagineux.

Très exigeant, notre cerveau n’aime pas:
• l’abus de graisses saturées, qui, à la longue, provoquent la formation de plaques d’athérome, constituées de lipides et de cholestérol. Celles-ci adhèrent aux parois de vaisseaux, qu’elles rétrécissent. Les séquelles: une diminution de l’afflux du sang au cerveau, ainsi que de l’oxygène et des substances nutritives,
• l’excès d’alcool, qui appauvrit l’organisme en vitamines B, C et zinc tout en accélérant le processus du vieillissement,
• le tabac, qui produit les mêmes effets tout en diminuant l’oxygénation cérébrale,
• le stress, «voleur» de vitamines hydrosolubles, zinc, acides aminés, etc.
• le manque d’exercice physique (voir plus haut) et mental. Tout comme les muscles non utilisés s’atrophient, un cerveau inactif «rouille». Mots croisés, mémorisation de numéros de téléphone, apprentissage d’une langue: le choix ne manque pas.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Document - PDF

 


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept