Article n° 861 | Edition n° 63 | 2008

Chouchoutons notre mémoire!

Notre société avance à une vitesse effrénée. Les exigences vis-à-vis du rendement sont de plus en plus élevées. La pression est constante: il s'agit de s'acquitter presque en continu de tâches ardues dans les plus brefs délais. Les inévitables conséquences: surmenage, fatigue et baisse des performances.

Véritable cercle vicieux, l'éternelle course à la performance engendre la fatigue, qui se traduit par une baisse du rendement physique et intellectuel.

Cette situation n'épargne pas les enfants et adolescents, confrontés aux exigences scolaires et à des activités sportives prenantes. Et que dire des personnes vieillissantes, préoccupées par la baisse de la mémoire?

Commençons par le début!

En menant une vie saine, nos facultés cognitives peuvent être significativement améliorées. Efforçons-nous de dormir suffisamment, pour assurer à notre organisme les indispensables phases de récupération. Pratiquons une activité physique régulière, qui augmente l'oxygénation du cerveau et son approvisionnement en principes nutritifs. Renonçons, si possible, au tabac, qui, à l'opposé, diminue l'oxygénation de notre matière grise et en accélère le vieillissement. Evitons l'excès de sucre, caféine et alcool, qui vole à notre organisme des précieuses substances vitales. Et, surtout, privilégions les nutriments aide-mémoire!

Les vitamines B influencent favorablement le tonus mental et la concentration. La choline est le précurseur de l'acétylcholine, neuromédiateur cérébral impliqué dans le mécanisme de la mémoire. L'oligo-élément zinc intervient dans la synthèse de plusieurs neuromédiateurs cérébraux. Le phosphore et les acides gras polyinsaturés, notamment les oméga-3, sont présents en grande quantité dans le cerveau. L'acide aminé glutamine favorise l'élimination des déchets du métabolisme cérébral.

Rien ne remplace une alimentation équilibrée. Mais en période de surmenage intellectuel ou de baisse du rendement, nous obtiendrons des résultats plus rapides en y associant des compléments adaptés. Citons, entre autres, la lécithine, meilleure source de choline, les huiles de poisson, gorgées d'acides gras oméga-3, et la levure, intéressante de par sa richesse extraordinaire en vitamines B, minéraux, oligo-éléments et acides aminés.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Ne prenez pas la fatigue à la légère!

    De l’homme d’affaires confronté à plusieurs piles de dossiers à la mère de famille ne sachant plus où donner de la tête, en passant par l’étudiant qui croule sous les devoirs, la fatigue n’épargne personne. Occasionnelle et de courte durée, elle ne doit pas être un sujet d’inquiétude. Mais que faire lorsqu’elle persiste? On considère comme normale la fatigue survenant après une période de travail intense, de stress ou de sommeil insuffisant, que du repos et quelques bonnes nuits suffisent à enrayer. En revanche, une fatigue persistante est, comme la fièvre et la douleur, un signal d’alarme émis par notre corps, à ne pas négliger. La fatigue persistante peut être: • le symptôme d’une maladie (anémie, hypotension, insuffisance thyroïdienne, diabète, foyer infectieux, dépression, etc.) • un effet secondaire d’un médicament (psychotropes, antihistaminiques, bêtabloquants, etc.) • la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie et alimentaire. Les causes hygiénodiététiques • La déshydratation chez les petits buveurs • La consommation insuffisante de glucides complexes (pain, pâtes, céréales, etc.), notre principale source d’énergie physique et psychique • L’apport insuffisant d’acides aminés, nécessaires pour la construction de notre corps (ce processus requiert une énergie considérable) • L’excès d’aliments ou boissons dépourvus de valeur nutritionnelle (sucreries, fast food, alcool, limonades) • Le stress chronique et la fumée, qui appauvrissent l’organisme en substances nutritives • Le sommeil insuffisant • La sédentarité ou, à l’opposé, un entraînement physique poussé sans récupération adéquate. Des causes découlent les solutions: boire beaucoup d’eau, adopter une alimentation équilibrée, gérer le stress, renoncer au tabac, s’accorder du repos et du sommeil en suffisance, pratiquer une activité physique régulière. Il arrive, toutefois, qu’il ne soit possible de faire tabula rasa de ses mauvaises habitudes ou même que les meilleures mesures hygiénodiététiques ne donnent pas les résultats escomptés. Dans ce cas, le recours à une préparation riche en vitamines et minéraux est vivement recommandé. L’adjonction de précieux acides aminés et de ginseng, très énergétique, est un atout non négligeable.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Toux, quand tu nous tiens!

    Souvent liée à un refroidissement des voies respiratoires supérieures, la toux peut facilement s’installer pendant deux à trois semaines et rendre la vie pénible, de jour comme de nuit. S’en débarrasser prend donc un certain temps et l’aide d’un médicament est souvent la bienvenue. Le refroidissement typique peut débuter par un rhume ou une gorge «qui gratte». Les virus responsables colonisent les muqueuses du nez, de la gorge et des bronches avec plus ou moins de force et de réussite. S’il est «en forme», notre système immunitaire est parfaitement en mesure de combattre ces agents pathogènes. Prenez-endonc soin! Dormez suffisamment, veillez à un apport suffisant en vitamines, minéraux et oligoéléments et faites régulièrement de l’exercice, aussi en plein air. Bronchite aiguë Le Dr Eric Breitenstein, pneumologue, précise qu’«au niveau des bronches, le refroidissement est à l’origine de ce qu’on appelle la bronchite aiguë. Dans la grande majorité des cas, la cause en est virale. En général, les patients souffrent d’abord d’une infection virale des voies aériennes supérieures, telles que pharyngite (inflammation de la gorge) ou rhume, puis de l’apparition d’une toux sèche due à l’irritation. Si l’inflammation se propage dans les bronches, la toux devient humide et productive, avec des expectorations plus ou moins colorées. Après la phase d’expectoration, la toux redevient sèche, puis disparaît. La guérison est donc normalement spontanée. A titre de traitement symptomatique, je recommande un mucolytique (expectorant), qui peut aider à fluidifier les sécrétions. Si nécessaire, un médicament antitussif calme le réflexe de la toux, en particulier pendant la nuit.» En complément, on veillera toujours à boire suffisamment, par exemple une tisane pectorale ou encore une tisane de thym, de tilleul ou de guimauve. D’une manière générale, des inhalations, des frictions ou un bon bain chaud peuvent également contribuer à soulager les symptômes des refroidissements.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Lorsque la quantité n’a rien à voir avec la qualité

    En nutrithérapie, le terme «nutriments» désigne les substances présentes dans les aliments, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. On distingue les macronutriments et les micronutriments. Les macronutriments, qui fournissent de l’énergie, comprennent les protéines, les glucides et les lipides. Avec l’eau, ils constituent 98% des aliments. Les micronutriments, quant à eux, ne fournissent pas d’énergie et sont nécessaires à l’organisme en petites ou très petites quantités, mais, loin d’être moins importants, ils revêtent un rôle majeur dans tous les processus biochimiques qui s’opèrent dans le corps: la synthèse de nouvelles cellules, la régulation du système immunitaire, la transmission neuromusculaire, la contraction musculaire… et tant d’autres. Les micronutriments regroupent les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras. Notre corps est incapable de synthétiser la grande majorité des micronutriments (parmi les rares exceptions, citons la vitamine D, ainsi que les acides aminés et acides gras non essentiels), d’où l’importance vitale d’un apport constant et équilibré de ceux-ci via les aliments. Ingérer, ce n’est pas assimiler De nombreux facteurs contrecarrent l’assimilation des micronutriments ingérés: les troubles digestifs qui en amoindrissent l’assimilation gastro-intestinale, les métaux toxiques provenant de l’environnement qui inactivent des enzymes et bloquent des processus métaboliques, des carences qui entraînent d’autres carences, etc. A ces éléments s’ajoutent les «voleurs de micronutriments», tels que le stress, le tabagisme, la maladie ou le vieillissement, qui contribuent à épuiser nos réserves. Il n'en faut guère plus pour que les maladies s’installent. Carences nutritionnelles et maladies De très nombreuses carences nutritionnelles aboutissent à des phénomènes pathologiques. A titre d’exemple, la carence en calcium et vitamine D peut être responsable de l’ostéoporose et, celle en magnésium, de maladies cardiaques. Les micronutriments vont certainement nous réserver encore de belles surprises…

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept