Article n° 1070 | Edition n° 71 | 2010

Carence en oméga-3, de vrais dangers pour la santé

Les oméga-3 sont essentiels pour notre organisme. Mais ils font trop souvent défaut dans notre assiette. Une carence qui peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé.

Le dictionnaire Infarctus du myocarde Crise brutale et imprévisible. Elle se traduit par: Une douleur intense dans la poitrine, Une pâleur du malade qui reste silencieux en proie à l’angoisse, Eventuellement, une perte de conscience. Il y a une réelle urgence: pas une minute à perdre pour appeler les secours!

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés essentiels: la déficience ou la carence en l’une de ces graisses a des retentissements importants sur le fonctionnement du corps humain, car ils ne peuvent pas être synthétisés par notre organisme ou en de trop faibles quantités.

Nos apports en oméga-3 sont insuffisants

Les aliments naturellement riches en oméga-3 sont assez peu nombreux: il s’agit principalement des huiles de colza, de noix et de soja et des poissons gras. De ce fait, nos apports en oméga-3 sont 2 à 10 fois moins élevés que les recommandations, voire quasi nuls chez certaines personnes, selon les enquêtes de consommation.

Une plus faible protection contre les maladies cardiovasculaires

Différents types d’études ont permis de comprendre le lien entre oméga-3 et le système cardiovasculaire. Il y a plus de 30 ans, on avait déjà remarqué que les Esquimaux et les Japonais (notamment les habitants de l’île d’Okinawa), gros consommateurs de poissons, avaient très peu d’infarctus du myocarde. Ensuite, on a fait des études en proposant des régimes contrôlés en lipides à des personnes ayant déjà eu un accident vasculaire.

On a désormais la preuve scientifique que les oméga-3 protègent le système cardiovasculaire en fluidifiant le sang, en baissant le taux de triglycérides et en diminuant la tension artérielle. N’en déplaise aux adeptes des régimes, notre corps a besoin de graisses pour vivre! En cas de carence, les risques pour la santé sont nombreux. Alors pas question d’en manquer!


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Dr. Géraldine Font-lochum

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien…

    Là, c’est à vous de jouer et de montrer que votre mémoire est bonne! Ces paroles… mais oui, c’est le début d’une «vieille» chanson, interprétée par Jeanne Moreau. Si vous n’avez pas trouvé, c’est peut-être que vous êtes simplement trop jeune. Ou alors que votre mémoire vous joue des tours. Que faire dans ce cas? Un ou deux oublis et quelques trous de mémoire, c’est normal mais… ça inquiète! Si ces symptômes se répètent et/ou s’aggravent et en particulier si les troubles mnésiques concernent des événements récents, il peut valoir la peine de consulter. Heureusement, dans la majorité des cas, il ne s’agit pas de pathologie grave ou de démence. Il existe d’innombrables causes possibles à des pertes de mémoire! Virginie Obrist, pharmacienne, confirme que «chez l’adulte en bonne santé, il ne faut pas s’inquiéter exagérément. Dans un premier temps, je recommande volontiers un produit à base de plantes comme le ginkgo, qui stimule la microcirculation cérébrale». Le ginkgo s’est en effet avéré efficace pour atténuer certains phénomènes néfastes pour le cerveau comme l’oxygénation insuffisante et améliorer les processus de mémorisation. Il faut veiller également à une alimentation saine et équilibrée. Virginie Obrist signale que «certaines substances présentes dans notre alimentation jouent un rôle déterminant dans les processus cérébraux. Il s’agit, par exemple, des acides gras oméga-3 et de certains minéraux et oligo-éléments». Si les troubles de la mémoire sont plutôt liés à un surmenage ou à des sollicitations excessives, des compléments alimentaires agissant de façon ciblée sur le système nerveux peuvent aider. La pharmacienne propose, par exemple, des produits à base de vitamines B. Interactions sociales et entraînement cérébral Face à des déficits intellectuels et des troubles de la mémoire, l’autre aspect essentiel à prendre en compte est celui de l’utilisation même du cerveau et son entraînement. En garantissant suffisamment d’interactions sociales et en veillant à un entraînement régulier, on pourra garder très longtemps l’esprit alerte et la mémoire vive!

  • Nutrithérapie No | Edition no 89 2014
    L’alimentation des sportifs: du micro au macro!

    Les nutriments constituent l’ensemble des composants élémentaires de notre alimentation. Il s’agit, en gros, d’une vaste famille de composés dont une première distinction fondamentale sépare les nutriments énergétiques (les macronutriments) de leurs pendants qui régulent le métabolisme: les micronutriments. Les micronutriments au sein de l’alimentation Les nutriments énergétiques regroupent les trois types de molécules, bien connus, que sont les lipides (graisses), les glucides (sucres) et les protides (protéines). On les appelle «macronutriments», car ils sont nécessaires au corps en grandes quantités. Les nutriments qui régulent le métabolisme comprennent notamment des minéraux (calcium, magnésium, etc.), des oligo-éléments (fer, iode, etc.), des vitamines (A, B1, C, etc.), des acides aminés (leucine, lysine, etc.) et des acides gras polyinsaturés. Ils ne fournissent, quant à eux,  pas d’énergie et sont qualifiés de «micronutriments», car de très petites quantités de ces substances suffisent à satisfaire l’organisme. Cela ne doit pas masquer leur importance cruciale: des carences (par exemple en fer ou en vitamine A) peuvent avoir des conséquences désagréables. En outre, la plupart des nutriments sont essentiels: l’alimentation doit les fournir, car ils ne peuvent être synthétisés par le corps. Conserver l’équilibre biochimique du corps: une nécessité Vous l’aurez compris, notre corps a non seulement besoin d’énergie, mais également de facteurs qui peuvent optimiser son bilan énergétique, l’activité de ses cellules, sa défense et plus encore. Les sportifs, en particulier, visent le meilleur fonctionnement possible de leur organisme. Des préparations contenant à la fois des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments leur sont tout spécialement destinées. Ces préparations favorisent la performance et la récupération, couvrent les besoins accrus des sportifs consécutifs à l’augmentation de leur métabolisme et compensent leurs pertes en micronutriments résultantes d’éliminations plus élevées (sueur, urine et selles). Enfin, elles exercent une action antioxydante, qui aide à la préservation des cellules.

  • Dans l'air du temps No | Edition no 87 2013
    Un hiver réussi, tout naturellement

    Attendu avec impatience ou redouté, l’hiver finit toujours par arriver. Comment l’apprivoiser, ou, voire mieux, le réussir? Même si les fans de la glisse et des randonnées en raquettes s’en réjouissent, l’hiver, pour la plupart des mortels, représente une période difficile. Ne l’appelle-t-on pas, d’ailleurs, «mauvaise saison»? Soumis à des attaques virales dont les longues veillées en intérieur favorisent la prolifération, le système immunitaire doit être au top. En réalité, de nombreux facteurs se conjuguent pour le malmener. L’ensoleillement insuffisant appauvrit l’organisme en vitamine D, immunostimulante, ainsi qu’en endomorphines (les hormones du bonheur). Le froid affaiblit les muqueuses respiratoires, tributaires d’un apport convenable de vitamine A. Le stress, intense entre la rentrée et les fêtes de Noël, «consomme» des nutriments précieux pour l’immunité et/ou le moral, tels que, par exemple, les vitamines B et C, le magnésium, le zinc, les acides aminés, etc. Face à tous ces facteurs susceptibles de créer des carences, bien évidemment, l’alimentation doit être «équilibrée». Dès lors, comment réaliser ce précieux équilibre? Les légumes cuits, que nous préférons aux salades pendant la saison froide, ont une teneur réduite en substances nutritives. Tout comme les fruits et légumes importés de l’autre bout du monde… Mais, malheureusement, l’offre de produits indigènes est restreinte en cette période de l’année. Quant aux conserves, elles ne sont qu’un médiocre succédané des aliments frais. Aux effets néfastes de la cuisson, du stockage et de la conservation s’ajoute encore la pollution, qui rend les sols chroniquement déficitaires. Compenser pour équilibrer La solution est disponible chez le pharmacien et le droguiste, sous forme d’un cocktail judicieux de vitamines, minéraux et acides aminés. L’ajout de ginseng, une plante ancestrale aux vertus éprouvées, est bienvenue en cas de fatigue, baisse de l’humeur et difficultés de concentration.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept