Article n° 4978 | Edition n° 98 | 2019

Avant et pendant la saison des pollens, pensez aux probiotiques!

La famille des probiotiques ne cesse de s’agrandir ou, plutôt, nos connaissances à ce sujet ne cessent de croître. Après les souches bénéfiques pour la flore intestinale, buccale ou vaginale, voici le Lactobacillus paracasei LP-33, qui freine la production de l’histamine, le médiateur de l’allergie.

Ecoulement nasal, yeux rougis et larmoyants, éternuements à répétition, épuisement: ces symptômes, bien connus, caractérisent le rhume des foins ou rhinite allergique.
Dans la rhinite allergique, l’organisme fabrique des quantités excessives d’histamine. Par l’intermédiaire des récepteurs H1 des petits vaisseaux sanguins, l’histamine déclenche une vasodilatation et une augmentation de la perméabilité des vaisseaux, ce qui entraîne, à son tour, un oedème de la peau et des muqueuses. Au niveau des bronches, l’histamine provoque une bronchoconstriction, jouant ainsi un rôle dans le développement de l’asthme allergique.
L’intestin abrite de nombreuses cellules immunitaires, entre autres, les lymphocytes TH1 et TH2. Ceux-ci «décident» si un allergène est phagocyté (réponse TH1) par les cellules immunitaires (p. ex. les macrophages ou les lymphocytes T cytotoxiques) ou s’il doit être éliminé par des anticorps (réponse TH2: prolifération de lymphocytes B pour la production d’immunoglobulines (anticorps). En cas d’allergie, le taux de réponses TH2 est plus élevé.

Une formule intéressante

Des souches spéciales de Lactobacillus paracasei (qui produisent de l’acide lactique), comme la LP-33, et la vitamine D3, immunomodulante, rétablissent l’équilibre entre la réponse immunitaire des lymphocytes TH1 et TH2, ce qui permet de réduire, indirectement, la production de l’histamine.
Des préparations contenant les substances ci-dessus, qui s’adressent à toute la famille (aux enfants dès un an), accompagnent idéalement la saison pollinique. Très bien tolérées, elles ne provoquent pas de fatigue. Elles seront ingérées 1 x par jour, une semaine avant et durant la saison des pollens.

Des conseils utiles

• Pendant la saison pollinique, n’aérer que brièvement.
• Ne pas suspendre dans la chambre les habits ayant été portés la journée.
• Eviter de faire sécher le linge à l’extérieur.
• Laver ou rincer ses cheveux tous les soirs.
• Se rincer régulièrement le nez à l’aide d’une solution physiologique, afin d’éliminer les pollens.
• Se servir de mouchoirs en papier, pour un usage unique.
• Préférer le début de la matinée pour la pratique du sport.

Plus d’informations sur les prévisions polliniques:
www.pollenundallergie.ch


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Des billions de bactéries pour un organe multitalent

    Grâce à sa flore, notre intestin assure la digestion des aliments, l’absorption des nutriments, la synthèse de vitamines, la détoxication. A lui seul, il concentre 70% des cellules responsables de l’immunité. Last but not least, il fabrique une vingtaine de neuromédiateurs responsables de notre humeur! Vous l’avez compris: ce grand organe digestif est également notre meilleur rempart contre les germes pathogènes et peut même être considéré comme notre «second cerveau». A la condition que sa flore se porte bien. Et c’est là que le bât blesse. La flore intestinale, qui héberge 100 000 milliards de bactéries appartenantà 400 espèces différentes, constitue un écosystème fragile, que de nombreux facteurs peuvent affecter: une alimentation trop grasse et sucrée, l’excès d’alcool, le tabagisme, le stress, la prise d’antibiotiques, les germes pathogènes alimentaires (p. ex. les salmonelles), le vieillissement… Une altération de la flore intestinale se traduit par des symptômes pénibles, tels que problèmes digestifs (ballonnements, constipation, diarrhée, etc.), prédisposition accrue aux infections, fatigue et mal-être. Autant de raisons de prendre soin de ce précieux écosystème! Pour entretenir ou régénérer la flore, rien de tel qu’une alimentation de type méditerranéen, riche en fibres, ainsi qu’en yogourts, fromage blanc et huile d’olive. La levure de bière, le kéfir et la choucroute ont également un effet bénéfique. Néanmoins, en cas d’altération sévère de la flore, aiguë (germe pathogène, antibiotique, etc.) ou chronique (alimentation déséquilibrée, stress, etc.), les meilleures mesures alimentaires s’avèrent insuffisantes. Dans ce cas, la prise d’une préparation à base de probiotiques est recommandée. Les probiotiques, c’est quoi? Ce terme d’origine grecque, qui signifie «pour la vie», désigne des bactéries vivantes présentes à l’état naturel dans l’intestin ou fournies par l’alimentation ou les compléments alimentaires. Ingérés en quantité adéquate, les probiotiques rééquilibrent la flore tout en déployant une action bénéfique sur la santé. Les meilleures préparations probiotiques contiennent un large spectre de souches bactériennes, sont hautement dosées et enrichies en vitamines B (notamment la biotine, indispensable pour l’intégrité de la muqueuse intestinale). Fonctions des probiotiques • Entretien et régénération de la flore intestinale • Traitement des troubles digestifs • Renforcement des défenses immunitaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Quand le nez saigne…

    Généralement bénins, les saignements du nez ne doivent toutefois pas être pris à la légère. La consultation s’impose en cas de saignements fréquents, prolongés ou consécutifs à un traumatisme crânien. Le nez est porté à saigner, car il comporte de nombreux vaisseaux dont la fonction est de réchauffer et d’humidifier l’air respiré.Ces vaisseaux sont à fleur de peau et, par conséquent, plus fragiles. On distingue les saignements du nez (ou «épistaxis») de cause locale, générale, médicamenteuse ou d’origine traumatique. Parmi les causes locales, figurent la sécheresse ou l’inflammation de la muqueuse nasale (en cas par exemple de rhume ou allergie), ainsi que des dommages directs de celle-ci (lorsque l’on se mouche trop fort ou l’on se gratte l’intérieur du nez). En hiver, évitez de surchauffer votre intérieur et, si possible, utilisez un humidificateur. En cas de rhinite, ne vous mouchez pas trop violemment et utilisez un topique* nasal (gouttes, spray ou gel) contenant une substance hydratante et régénératrice, telle que par exemple le dexpanthénol. En ce qui concerne les causes générales, citons notamment les maladies sanguines, les troubles de la coagulation, l’hypertension artérielle et le diabète sucré, ainsi que des déficits nutritionnels (en vitamines C ou K). Antibiotiques et vitamine K Au premier rang des causes médicamenteuses, se trouvent les anticoagulants, qui agissent en fluidifiant le sang. A ceux-ci s’ajoutent les contraceptifs oraux, l’aspirine, la cortisone et ses dérivés, qui augmentent les besoins en vitamine C, ainsi que les antibiotiques, qui, en altérant la flore intestinale, entraînent une diminution de la synthèse de la vitamine K. En cas d’antibiothérapie, protégez la flore bactérienne intestinale à l’aide d’une levure médicinale ou d’un probiotique. * Topique: tout médicament d’application externe qui agit localement.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Un système immunitaire à toute épreuve

    Entre la personne qui traverse les épidémies de grippe sans fléchir et celle qui passe d’un refroidissement à l’autre sans discontinuer, la différence se résume en quelques mots: l’état du système immunitaire. Alimentation déséquilibrée, acidose, sédentarité, pensées négatives, flore intestinale perturbée: autant de facteurs qui affaiblissent le système immunitaire. Comment doper le système immunitaire • Adopter une alimentation saine et équilibrée, riche en légumes, fruits, aliments protéiniques maigres, céréales et produits céréaliers complets. • En cas d’acidité tissulaire excessive, privilégier les aliments générateurs de base: les légumes, les fruits, la pomme de terre, le lait, le yogourt, le soja, l’huile d’olive, l’amande. • Pratiquer une activité physique régulière en plein air. • Combattre le stress, adopter une attitude positive, rire de bon coeur. • Assainir au besoin la flore intestinale, dans laquelle se trouvent 80% des cellules responsables de l’immunité. Aller plus loin En cas d’alimentation déséquilibrée et carencée, un complexe multivitaminé et multiminéral fera très bien l’affaire. Lors d’acidose chronique, décelée par la mesure du ph urinaire, un complément alcalinisant permet d’atteindre rapidement l’équilibre. En présence d’une altération de la flore intestinale, le recours à une préparation probiotique s’avère bénéfique. Heureusement pour notre système immunitaire, les substances qui augmentent les défenses naturelles sont légion, à savoir: • l’échinacée (Echinacea purpurea), pourvue d’une action préventive et curative, notamment lors d’infections respiratoires et grippe; • la levure végétale plasmolysée, source d’une foule de vitamines, minéraux, oligoéléments et acides aminés; • la célébrissime vitamine C; • l’oligo-élément zinc; • les acides aminés. Cette liste, qui n’est de loin pas exhaustive, permet de prendre conscience de l’ampleur des mesures immunostimulantes. Il est donc aisé de comprendre qu’une prédisposition aux refroidissements et aux maladies infectieuses n’est jamais une fatalité. Mais un système immunitaire fort, ça se mérite!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept