Article n° 4893 | Edition n° 96 | 2018

Attention à l’explosion des pollens en cas d’orage

Le temps ensoleillé et les températures élevées font que les pollens s’envolent en grandes quantités, au grand dam des allergiques. Les orages rafraîchissent certes l’air et permettent de souffler, mais la prudence s’impose. Un orage d’été peut en effet engendrer une réelle tempête d’allergènes. aha! Centre d’Allergie Suisse explique comment.

La pluie est normalement synonyme de soulagement pour les personnes allergiques au pollen, car elle lave l’air du pollen et des particules. «C’est vrai en principe», souligne Georg Schäppi, directeur d’aha! Centre d’Allergie Suisse, «mais ce n’est pas le cas peu avant ou au début d’une pluie d’été ou d’un orage.» «Car c’est un moment où nous observons une multiplication des réactions allergiques chez les allergiques polliniques», continue l’expert en allergies.

Des conditions particulières

Ce qui peut étonner au premier abord est facilement expliqué: au début d’un orage, les vents descendants écrasent l’air et la pluie rabat vers le sol les pollens de graminées des couches d’air supérieures. La concentration pollinique à proximité du sol augmente rapidement. L’humidité de l’air élevée est absorbée par les pollens jusqu’à ce qu’ils explosent en raison de la pression osmotique. «Ceci libère de nombreuses particules allergéniques très fines qui peuvent pénétrer encore plus profondément dans les voies respiratoires que les grains de pollen entiers», explique Georg Schäppi. Un front orageux peut donc provoquer une aggravation des picotements et des démangeaisons, une toux ou des difficultés respiratoires sévères.

Le phénomène de l’asthme d’orage

Un cas extrême lié à des conditions météorologiques et géographiques particulières s’est produit il y a deux ans à Melbourne en Australie: selon l’autorité de santé australienne, plus de 8 000 personnes se sont présentées à l’hôpital pour des difficultés respiratoires au cours d’un orage particulièrement violent. «Un tel évènement exceptionnel n’a pas encore été enregistré en Suisse», sait Georg Schäppi, qui a effectué des recherches dans ce domaine en Australie. Il recommande néanmoins: «Celui qui souffre d’allergie pollinique devrait rester chez lui lorsqu’un orage menace et surtout fermer les fenêtres. Ou, s’il est en route, toujours avoir sur lui ses médicaments d’urgence.» L’alerte n’est levée qu’après une demi-heure de bonne pluie: cette pluie aura lessivé l’air des particules de pollen.

Smog d’été nocif

Mais d’autres facteurs aussi peuvent rendre le pollen encore plus agressif: «La pollution de l’air peut modifier les protéines et les structures en surface des grains de pollen et les rendre encore plus allergéniques», explique l’expert en allergie. L’ozone peut également irriter les muqueuses et renforcer ainsi les symptômes d’allergie.

 

aha! Centre d’Allergie Suisse aide

  • L’application «Pollen-News» pour Smartphones – infos pratiques sur les vols polliniques en cours de route
  • Le site web www.pollenetallergie.ch informe sur les vols polliniques.  
  • Les conseillères de notre aha!infoline répondent à vos questions personnelles: du lundi au vendredi de 08.30-12.00 heures au 031 359 90 50
  • La brochure «Allergie au pollen» et le Guide des pollens donnent des informations détaillées sur le thème du rhume des foins.

 

Fonte: aha! Centro Allergie Svizzera


Ceci est un communiqué de presse. L’éditeur et la rédaction se déchargent de toute responsabilité.

Articles similaires

Communiqués de presse
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept