Article n° 4775 | Edition n° 95 | 2017

Antibiotiques: mode d’emploi

Est-il vrai que pendant un traitement antibiotique il faut renoncer aux vitamines? Aux remèdes homéopathiques? A l’alcool?

 

Antibiotiques et vitamines

La croyance selon laquelle il faut renoncer à tout supplément vitaminique pendant une antibiothérapie, car «les vitamines nourrissent autant le germe pathogène que l’organisme malade», est tout à fait fausse. Bien au contraire, on devrait aider ce dernier à fabriquer davantage d’anticorps pour se débarrasser de son hôte indésirable. Un antibiotique est même plus efficace lorsqu’il est associé à la vitamine anti-infectieuse par excellence, la C. Il en va de même pour les autres substances immunostimulantes, dont l’oligo-élément zinc.

Les vitamines soutiennent l’organisme malade.

 

Antibiotiques et homéopathie

Au même titre que les corticoïdes (la cortisone et ses dérivés), les antibiotiques ne font pas bon ménage avec les remèdes homéopathiques, dont ils contrecarrent l’assimilation. Si l’on peut éventuellement poursuivre un traitement homéopathique préventif ou de fond pendant une antibiothérapie, il n’y a évidemment pas de sens d’en commencer un au cours de celle-ci. D’ailleurs, après un traitement antibiotique, les homéopathes conseillent une dose de Thuya 9 CH pour «drainer» l’organisme.

Les antibiotiques ne font pas bon ménage avec les remèdes homéopathiques.

 

Antibiotiques et alcool

En ce qui concerne cette association, je ne peux que vous encourager à prendre l’avis du médecin prescripteur. Une consommation très raisonnable est compatible avec la plupart des antibiotiques (pénicillines, sulfamides, tétracyclines, etc.). En revanche, avec d’autres, des doses aussi faibles que 7 g d’alcool, soit l’équivalent d’un demi-verre de vin, peuvent déclencher une réaction caractérisée par: chaleur, sudation, tremblements, vertiges, voire état confusionnel. Cette réaction peut durer de trente minutes à quelques heures. Parmi les antibiotiques incriminés, citons le métronidazole (un antiparasitaire), la céfazoline (une céphalosporine), la griséofulvine (un antifongique), etc.

Une consommation très raisonnable d’alcool est compatible avec la plupart des antibiotiques.

 

Probiotiques pour la flore intestinale et buccale

Rappelons l’importance d’ingérer un probiotique comme par exemple le Saccharomyces bulardii durant une antibiothérapie, afin de protéger la flore intestinale. Selon des découvertes plus récentes, il est également recommandé de rétablir la flore buccale altérée après une antibiothérapie. Il s’agit de sucer durant deux semaines des tablettes à base de Streptococcus salivarius K12.

 

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept