Article n° 3770 | Edition n° 85 | 2013

Afin que les bleus ne nous donnent pas le blues

En cas de prédisposition aux hématomes, les vitamines C et P peuvent faire l’objet d’un supplément, en cure.

Je suis très sujette aux bleus, qui apparaissent parfois au moindre contact. Que puis-je faire?

Un hématome (ou bleu) est l’accumulation de sang sous la peau, dont la couleur change. Les grands hématomes sont appelés ecchymoses. L’apparition de bleus spontanés ou au moindre choc et la présence d’ecchymoses peuvent être liées à des carences vitaminiques ou à des traitements médicamenteux. Les vitamines en cause sont la C et la P, ainsi que, plus rarement, la K. Les deux premières fortifient les parois capillaires et en diminuent la perméabilité. La vitamine C est présente dans les fruits et les légumes frais, crus ou peu cuits, notamment le kiwi, les agrumes, les choux et les poivrons. Tout comme la C, la vitamine P, plus connue sous le terme de bioflavonoïdes, est uniquement d’origine végétale. Ses meilleures sources sont la pulpe des agrumes, ainsi que l’abricot, le raisin et le sarrazin.  Le stress, le tabagisme, les corticoïdes et les contraceptifs oraux appauvrissent l’organisme en vitamine C. La fumée est également néfaste pour les bioflavonoïdes. La vitamine K, quant à elle, est nécessaire pour la coagulation du sang; sa carence, par ailleurs rare, se traduit par des hématomes et une tendance aux hémorragies. Cette vitamine liposoluble est fournie par le foie, les légumes et le yogourt, et fabriquée par les bactéries intestinales. Un déficit peut apparaître lors de prise d’antibiotiques, qui altèrent la flore intestinale, ou s’il existe un trouble de la digestion des graisses, la vitamine K ne pouvant  être absorbée que dissoute dans les lipides. C’est le cas dans les affections de la vésicule biliaire, la maladie cœliaque et la rectocolite ulcéreuse.

L’aide des plantes et des remèdes homéopathiques

La phytothérapie joue aussi un rôle important dans le traitement de la fragilité capillaire. Des plantes, telles que le marron d’Inde, l’hamamélis, le petit houx, etc., figurent parmi les composants de préparations par voie orale et des produits pour usage local. En ce qui concerne l’homéopathie, Hamamelis, Arnica et Bellis perennis peuvent s’avérer fort utiles lors de prédisposition aux bleus.

-----------------------------------------------------------

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept