Image Voir l'édition papier Abonnement
News
Profitez des festivals d’été!

La période estivale rime avec les festivals. S'il y a la musique, les festivals évoquent aussi la consommation d'alcool et d'autres substances psychotropes. Addiction Suisse et Safer Nightlife Suisse offrent des informations pour préserver sa santé tout en gardant l'esprit de fête propre aux open-airs. Les festivals se succèdent à travers tout le pays avec des événements sur plusieurs jours en montagne, mais aussi de grands rassemblements en ville. Afin que la fête reste un plaisir, il est conseillé d’étancher sa soif en buvant des boissons sans alcool. Car l’alcool et les autres substances psychotropes viennent s’ajouter à la chaleur et au soleil pour élever la température du corps et le déshydrater. Il est donc particulièrement important d’absorber des liquides en quantité suffisante. Les pauses à l’ombre, la protection contre le soleil et suffisamment de sommeil sont également propices à la bonne humeur. Mélanges risqués et fraudes L’alcool est la substance la plus consommée en milieu festif. Or il n’est pas rare que l’on sous-estime les conséquences d’un excès d’alcool. Le risque augmente quand l’alcool est associé à d’autres substances psychotropes. Il est généralement impossible d’en prévoir les interactions. Crises psychiques, déshydratation, hyperthermie, nausées, vertiges, évanouissements ou incidents cardio-vasculaires ne sont que quelques-uns des effets potentiels. De plus, lors des grands événements, des quantités accrues de pilules et de poudres à contenu frauduleux peuvent circuler. Or l’absorption d’une substance et/ou dose inconnue peut avoir des conséquences fatales. Si, malgré le risque, on décide de consommer, il est préférable de s’informer à l'avance des risques  et des conséquences, soit en ligne sur nuit-blanche.ch, raveitsafe.ch ou know-drugs.ch, soit auprès des offres de prévention présentes sur place, parfois avec analyse de substances. Cette possibilité d’information et de conseil est appréciée tant de la part des festivaliers que des organisateurs. Nightlife Vaud sera présent le 30 juin et les 1er, 7,8 et 14 juillet au Strobe du Montreux Jazz Festival Safer Dance Swiss sera présent du 29 juin au 2 juillet au Burning Mountain Festival, du 13 au 16 juillet au Shankra Festival et du 19 au 23 juillet au SummerNeverEnds Festival (Grisons).  Nuit blanche? sera présente le 8 juillet lors de la Lake Parade à Genève avec un dispositif d’analyse de substances. danno.ch sera présent le 12 août, dans le train spécial "Sound & Fun" Lugano-Zurich pour la Street Parade Afin que la fête reste un plaisir: Apaise ta soif avec des boissons sans alcool. Fais des pauses: dormir suffisamment lors d’un festival sur plusieurs jours recharge les batteries. N’oublie pas de manger régulièrement et de manière équilibrée. Protège-toi du soleil. Veille à porter des chaussures confortables et sûres (tessons de bouteille, pierres, etc.) Emporte des vêtements chauds et un sac de couchage si le festival a lieu en montagne. Tiens compte du fait qu’un festival n’est pas le lieu approprié pour expérimenter des substances. Si, malgré les risques, tu consommes des substances, respecte les règles de safer use suivantes: Bois ½ litre d’eau par heure (le foie et les reins sont très sollicités). Si possible, fais analyser les substances ou du moins ne les consomme qu’en petite quantité et attends au minimum deux heures pour mieux estimer les effets. Evite les mélanges, même avec l'alcool. Occupe-toi d’amis qui se trouvent mal. Lorsque tu consommes, informe ton entourage sur les substances absorbées. Jamais d’alcool ou de drogues au volant d’un véhicule! Les règles de safer sex restent valables! Par ailleurs: Lorsqu’on emmène des enfants, on doit les protéger non seulement de la chaleur et de la fatigue mais aussi de la forte sonorisation. Une bonne protection auditive est donc obligatoire, notamment pour les enfants. Source: Addiction Suisse

Lire la suite
La Suisse randonne au clair de lune

12e Nuit suisse de la randonnée La 12e Nuit suisse de la randonnée se déroulera du samedi 8 au dimanche 9 juillet 2017. Cet événement, initié par l’association Suisse Rando, propose plus de 60 randonnées guidées dans toutes les régions linguistiques, durant cette nuit de pleine lune. L’offre est vaste et s’étend des promenades au coucher du soleil aux randonnées nocturnes ardues pour les ambitieux. Les randonnées peuvent être choisies sur www.nuitrando.ch en fonction de la région et de leur durée. Certaines s’adressent tout particulièrement aux familles. Source: Suisse Rando, www.randonner.ch, sondereggerfotos.ch L’organisation à but non lucratif Suisse Rando a lancé la Nuit suisse de la randonnée en 2006. Depuis, chaque année des centaines de participants enfilent leurs chaussures de marche lorsque la nuit tombe et que la lune éclaire les sentiers. «La randonnée nocturne est véritablement une expérience particulière que nous souhaitons rendre accessible au plus grand nombre de personnes possible», explique Michael Roschi, directeur de Suisse Rando. Yoga, petit-déjeuner au sommet et légendes Cette année, plus de 60 prestataires individuels ont répondu à l’appel de Suisse Rando et invitent les randonneurs dans tous les coins de la Suisse à participer à une randonnée de nuit guidée. Le choix est grand: marcher sur les traces de Schellen-Ursli, admirer le Martinsloch à la pleine lune, découvrir la vie à l’alpage lors d’une pause, ou encore explorer l’architecture d’une ville en 20 heures. D’autres offres sont agrémentées d’activités comme le yoga, les grillades de minuit, le petit-déjeuner au sommet ou le récit de légendes. Toutes les randonnées de la 12e Nuit suisse de la randonnée sont présentées sur www.nuitrando.ch et incitent à profiter de la nuit jusqu’à l’aube. Nombre d’offres de randonnée nocturne: 64 Etat: 20.06.2017   Source: Suisse Rando

Lire la suite
Méningo-encéphalite à tiques (FSME)

La FSME est une maladie virale transmise par la piqûre d'une tique infectée. La vaccination est recommandée dès l’âge de 6 ans, aux personnes se rendant dans des zones d’endémie. Le port de vêtements couvrants et l’usage de répulsifs sont aussi conseillés. Agent infectieux et transmission La méningo-encéphalite à tiques (encéphalite = inflammation du cerveau) ou FSME est une maladie infectieuse provoquée par un virus transmis par la piqûre d'une tique infectée. Les tiques vivent dans les forêts de feuillus dont les sous-bois sont riches en herbes, arbustes et buissons et sont présentes dans toute la Suisse jusqu'à environ 1500 m d'altitude. Elles se nourrissent de sang d'animaux et d'êtres humains. Elles peuvent transmettre par piqûre différents agents infectieux responsables de maladies telles que la méningo-encéphalite à tiques (FSME), la borréliose de Lyme ou beaucoup plus rarement les ehrlichioses ou rickettsioses. La FSME est due à un virus, alors que les trois autres maladies sont dues à des bactéries. Les bactéries Ehrlichia et Rickettsia comprennent plusieurs groupes provoquant différents tableaux cliniques. Tableau clinique Dans la première phase de la maladie, soit 7 à 14 jours après la piqûre d'une tique infectée, des symptômes d'allure grippale apparaissent chez certaines personnes. La plupart d’entre elles cependant ne présentent aucun signe de maladie. Après une période asymptomatique, une atteinte du système nerveux central se manifeste chez 5 à 15% des malades par des symptômes tels que maux de tête, sensibilité excessive à la lumière, vertiges ainsi que troubles de la concentration et de la marche. Ceux-ci peuvent persister des semaines, voire des mois. Des paralysies des bras, des jambes ou des nerfs du visage peuvent survenir chez une partie des patient-e-s et entraîner une invalidité durable. La maladie est mortelle dans environ 1% des cas avec symptômes neurologiques. Il n'existe aucun traitement spécifique pour la FSME, seuls les symptômes peuvent être traités. Répartition géographique et fréquence La méningo-encéphalite à tiques (FSME) est largement répandue en Russie et en Extrême-Orient. Elle est en progression en Europe. Depuis 2005, le nombre de cas annuel de méningo-encéphalite à tiques déclarés en Suisse varie entre 100 et 250. Dans les 5 années précédentes, leur nombre était en moyenne de 100 par année. Les tiques sont présentes dans le monde entier. Les régions hébergeant des tiques porteuses du virus de la FSME sont appelées «foyers naturels» ou «zones d'endémie». En Suisse, presque tous les cantons du Plateau sont concernés. Dans ces zones, environ 1% (0,5 à 3%) des tiques sont porteuses de ce virus. A ce jour, on ne connaît pas de régions comptant des tiques infectées par la FSME au-dessus de 1000 mètres d'altitude. Prévention Il existe un vaccin sûr et très efficace pour se protéger de la maladie. Celui-ci est recommandé pour toutes les personnes, généralement dès l'âge de 6 ans, qui habitent ou séjournent temporairement dans des zones d'endémie (voir rubrique «Liens»). Il est également recommandé de respecter les mesures générales de protection contre les tiques : porter des vêtements couvrant la peau et fermant bien et éviter les sous-bois. Les produits répulsifs pour la peau et les insecticides pour les vêtements sont utiles. Les tiques passant souvent inaperçues, il est conseillé d’examiner son corps et ses vêtements après une marche dans les sous-bois pour détecter les tiques. Le port de vêtements clairs facilite cette recherche. Les animaux domestiques (p. ex. chiens, chats ou chevaux) doivent également être examinés. Il faut extraire les tiques repérées le plus rapidement possible : le mieux est de les saisir avec une pincette aussi près que possible de la peau et de tirer progressivement. Désinfecter ensuite l'endroit de la piqûre. En cas de fièvre ou d'autres symptômes suite à une piqûre de tiques, il faut consulter un médecin. Plus d'informations et liens Source: Office fédéral de la santé publique OFSP

Lire la suite
 
Editorial

La santé de nos dirigeants

  De nombreux présidents sont arrivés au pouvoir, alors que leur santé était très affectée: Abraham Lincoln, John F. Kennedy… Quant à Winston Churchill, Franklin D. Roosevelt et Joseph Staline, ils se présentèrent à la conférence de Yalta en 1945 avec une panoplie de pathologies qui auraient fait le bonheur de tous les services d’un hôpital universitaire. Ainsi fut signé le fameux traité du même nom. Le chancelier allemand Helmut Schmidt avoua, quant à lui, n’avoir jamais été en bonne santé et s’être évanoui plus de cent fois lorsqu’il exerçait des fonctions au plus haut niveau. Plus récemment, Hillary Clinton s’est retrouvée, elle aussi, au centre de la polémique sur sa santé. Celle-ci reste toujours une préoccupation prioritaire et un thème porteur, d’autant plus lorsqu’un dirigeant est censé incarner un certain idéal. Qu’en pensez-vous? A titre personnel, je préfère être en bonne santé que président. . . bien qu’il soit possible d’être président et en bonne santé!   Serge C. Ducret, éditeur      

Lire la suite

 
Interview
Il court… il court… même dans le désert

Il court… il court… même dans le désert

Eric Christen La volonté est sans aucun doute un des traits de sa personnalité. Sur le plan professionnel, Eric Christen a effectué des hautes études en cours d’emploi et obtenu un MBA (Master Business Administration) à 42 ans. Il se retrouve face à un dilemme. Que faire maintenant de ce temps libre? Appréciant la nature, Eric Christen opte pour la course à pied… rien que pour le plaisir!   Vous avez effectué votre première course à 45 ans. Quel souvenir en gardez-vous? Un collègue m’a convaincu de participer à une course régionale de 8 km. Je n’étais pas très enthousiaste, mais j’ai été finalement conquis par l’ambiance.   En plus du plaisir, vous voici donc séduit par l’atmosphère. Vous décidez alors de renouveler cette expérience? Je me suis entraîné davantage et j’ai pris part à d’autres courses classiques, telles que la Morat-Fribourg. En ajoutant tout naturellement des kilomètres, j’ai ensuite opté pour le marathon, dont celui de New York.   Mais comment en êtes-vous venu à l’Ultra Trail qui constitue encore un grand pas à franchir après le marathon? En 2015, un ami m’a gentiment provoqué en me demandant si je n’allais pas finalement m’inscrire au Marathon des Sables (MDS)*. Ce fut le déclic! Ce sera mon cadeau d’anniversaire pour mes 50 ans.   Le MDS est une des courses les plus difficiles du monde. Mis à part la distance de 255 km en 6 étapes dont une non-stop de 80 km, réalisée en partie dans la nuit, pouvez-vous en quelques mots résumer les autres particularités de cet Ultra Trail? Le MDS a lieu dans le désert du Sud marocain, un environnement magnifique et varié mais difficile: la chaleur pouvant atteindre 50 degrés, les tempêtes de sable, le terrain composé de dunes, petites montagnes, oueds asséchés. Le MDS se déroule en autosuffisance alimentaire. Chaque concurrent porte sur son dos sa nourriture pour une semaine, seule l’eau étant fournie! Vous venez de participer à la Transgrancanaria, soit une épreuve de 125 km en une étape et 8'000 m de dénivelé positif… Quels sont vos prochains objectifs? J’ai beaucoup de projets, mais le prochain sera la Diagonale des fous, qui se déroulera à l'île de la Réunion. La distance est de 167 km avec 9'950 m de dénivelé positif, à réaliser en une étape et en un maximum de 60 heures.   Propos recueillis par Serge C. Ducret, www.vitamag.ch *Vidéo MDS sur www.youtube.com

Lire la suite
 
Articles

A la découverte de l’activité physique adaptée

Aujourd’hui, les bienfaits de l’activité physique (AP) sur la santé sont bien connus. Parfois, elle doit être adaptée à des besoins spécifiques. On parle donc d’activité physique adaptée (APA).   Qu’est-ce que l’APA? L’APA joue un rôle essentiel dans la promotion de la santé et de l’AP. Elle permet à toute personne ayant besoin qu’une activité soit adaptée, d’améliorer/préserver sa santé ou son autonomie quotidienne. Le patient va développer et entretenir ses capacités motrices, en entraînant la coordination, l’équilibre, l’endurance et la force. De plus, le bien-être psychique et l’intégration sociale des patients sont favorisés: meilleure estime de soi ou de l’image corporelle, rencontres lors d’activité en groupe, partage des émotions et acceptation de l’autre.   Le professionnel en APA Le professionnel en APA appartient aux nouveaux métiers nécessaires de la santé et de l’insertion sociale. Par ses connaissances scientifiques de l’AP et du mouvement, ainsi que des diverses pathologies et syndromes, il accompagne des patients en adaptant les activités et les mouvements. Il est attentif aux besoins des patients, aux possibilités et au degré de récupération, aux contre indications, ainsi qu’aux effets des activités proposées. Il adapte l’environnement pour que le patient puisse évoluer dans les meilleures conditions (sécurité) et bénéficier au maximum des bienfaits de l’AP.   À qui s’adresse l’APA? L’APA intervient dans plusieurs domaines: • Les pathologies chroniques et métaboliques, comme l’obésité, le diabète, les maladies cardio- respiratoires ou les douleurs chroniques. • Les handicaps ou troubles moteurs, mentaux et sensoriels (visuels, auditifs, tactiles). Ces troubles peuvent être congénitaux ou acquis (accident, lésion médullaire). • Le vieillissement. La perte de force et de coordination, ainsi que les maladies liées (Parkinson, ostéoporose) augmentent le risque de chute ou empêchent l’exécution des tâches quotidiennes simples. • Le cancer. Pendant et après une chimiothérapie, par exemple. • Les femmes enceintes ou en période postpartum. L’APA permet de retrouver au mieux l’autonomie quotidienne en luttant contre les effets de ces pathologies et leurs complications, et de favoriser une récupération plus rapide. C’est pourquoi il est important d’entamer une prise en charge le plus tôt possible, afin de préserver les ressources physiques, cognitives et affectives.   Dr Raphaël Nguyen, Doctorat ès sciences de la vie (Physiologie de l’exercice), dirige le cabinet pluridisciplinaire METICS Santé & Performance, www.metics.ch

Lire la suite
 
Nouveautés sur le marché

 

[voir tout]

 
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept